Quels poissons pour commencer un aquarium ?

Pour réaliser son premier aquarium, le choix des poissons est une étape fondamentale. Cependant, vue la diversité d’espèces disponibles, il est parfois difficile de savoir laquelle est la mieux appropriée à son projet.

Fishipédia vous propose un éclaircissement.

Pour commencer, il est important de préciser que certains poissons ne peuvent pas cohabiter les uns avec les autres. Certains sont territoriaux, plus ou moins agressifs envers leurs voisins ; d’autres vivent en banc ; d’autres encore vivent en solitaire et ne se rapprochent d’un éventuel partenaire qu’au moment de la reproduction.

Notre premier conseil est de concevoir sa population en fonction de la capacité de son aquarium (volume, profondeur, largeur de façade, filtration). Le choix des espèces aura très certainement une influence sur les futurs choix du type de sol, des décors et des plantes.

Certains poissons seront mieux mis en valeur avec un sol foncé tandis que d’autres auront besoin de sable pour creuser et forger leurs territoires. De nombreuses espèces ont besoin de cachettes pour diminuer leur anxiété.

Il est à savoir que chaque poisson évolue dans une strate qui lui est propre. Dans des volumes de taille modeste, il est recommandé de ne mettre qu’un type d’espèces par zone de vie.

Les poissons Débutant préconisés sont classés via des critères arbitraires qui peuvent constituer l’une des prérogatives à la constitution de votre futur aquarium, à savoir : les espèces vivant dans des petits volumes, les espèces se reproduisant facilement, les poissons de banc et les poissons de fond.

CombattantGourami nainAphyosemion australeGuppyPlatyXipho Molly Néon du pauvreRasbora arlequinNéon roseNéon bleuCardinalis Tétra citronVeuve noireBarbu de SumatraDanio rérioSynodontis Corydoras aeneusAncistrusPelmato

Le combattant

Combattant – Betta splendens var. © Chris Lukhaup

Dans les espèces à la maintenance facile, la palme revient généralement au combattant. Originaire d’Asie du Sud-Est, cette espèce a la particularité de pouvoir vivre dans un très petit volume d’eau. Les aquariums de type « boule », généralement vendus à tort pour des poissons rouges lui conviennent parfaitement. En milieu naturel, cette espèce vit dans des petites flaques d’eau et dans les zones marécageuses. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Betta splendens
Volume minimum : 15 litres
Compatible : Aquarium IDRO 20 litres

Les plus
  • – Résistant
  • – Chauffage et Système de filtration non obligatoires
  • – De nombreuses variétés disponibles aux couleurs intéressantes
A savoir
  • – Le combattant doit vivre seul. Il ne doit pas être mélangé avec des congénères. Lorsque deux mâles se rencontrent, ils combattent jusqu’à la mort de l’un des deux. Insérer des femelles en compagnie d’un mâle peut être envisagé dans un bac de plus grande importance et pourvu de cachettes.

Le gourami nain

Colisa lalia © Jérôme Picard

Originaire d’Asie du Sud Est, le gourami nain est, comme le combattant, un labyrinthidé. Il a la capacité de respirer à la surface en plus de la respiration branchiale. Les mâles sont de couleur plus intenses que les femelles. Ce poisson calme vivant en couple ne présente aucune d’agressivité envers les autres espèces. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Trichogaster lalius (appelé aussi Colisa lalia)
Volume minimum : 80 litres pour 1 couple
Compatible : Aquarium ISEO 80 litres


Le killi Aphyosemion australe

Aphyosemion australe © Elma Ben

La seconde espèce conseillée pour un aquarium de faible contenance est un killi provenant d’Afrique centrale. Un couple peut aisément être installé dans un aquarium peu profond d’une dizaine de litres.

Sa maintenance peut être réalisée sans système de filtration mais il sera impératif d’effectuer régulièrement des changements d’eau.

La femelle étant très sollicitée par le mâle, l’aquarium devra être planté et pourvu de cachette. Si l’aquarium est placé dans une pièce lumineuse, il ne sera pas nécessaire d’ajouter un système d’éclairage. Cependant, l’aquarium devra impérativement être muni d’un couvercle car ce poisson, comme tous les killis, est un farouche sauteur. Bien que sa maintenance soit encouragée en aquarium spécifique, c’est-à-dire ne comprenant qu’une seule espèce, il peut éventuellement être associé à des poissons calmes dans un aquarium d’un volume plus important. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Aphyosemion australe
Nom commercial : Cap lopez
Volume minimum : 10 litres pour un couple
Compatible : Aquarium IDRO 20 litres

Les plus
  • – Il peut vivre en couple dans un aquarium de petite taille
  • – Filtration et l’éclairage pas toujours nécessaires
A savoir
  • – Poisson assez fragile
  • – Une attention particulière doit être portée en ce qui concerne les paramètres d’eau (T° : 22-25°C, pH autour de 6)
  • – Reproduction non évidente
  • – Nourriture de bonne qualité recommandée

Le guppy

Guppy © Chris Lukhaup

Originaire d’Amérique du Sud, le guppy est un des poissons les plus connus du grand public. C’est un poisson de surface, dont l’espérance de vie peut atteindre 2 ans dans de bonnes conditions de maintenance.

Il fait partie des poissons de type vivipare. Les alevins naissent directement sous la forme adulte, prêts à se nourrir seuls et la prédation de la part des parents est très rare. C’est une espèce très prolifique qui engendre des surpopulations au sein de l’aquarium.

Nom scientifique : Poecilia reticulata
Volume minimum : 60 litres pour quatre individus
Compatible : Aquarium ISEO 60 litres

Les plus
  • – Processus de reproduction très facile ne nécessitant pas l’intervention de l’aquariophile
  • – De nombreuses variétés très colorées disponibles dans le commerce
A savoir
  • – Certaines souches sont devenues fragiles suite à l’intensification de son élevage
  • – La facilité de reproduction entraîne souvent une surpopulation
  • – Maintenir un ratio d’un mâle pour trois femelles, le mâle étant le poisson le plus coloré

Le platy

PlatyXiphophorus maculatus © Jérôme Picard

Le platy est un poisson très coloré provenant du Mexique. Il appartient lui aussi au type vivipare et sa reproduction est aussi aisée que le guppy. Cependant, c’est un poisson de plus grande taille qui doit donc être maintenu dans un aquarium plus volumineux. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Xiphophorus maculatus
Volume minimum : 80 litres
Compatible : Aquarium ISEO 80 litres

Les plus
  • Processus de reproduction très facile ne nécessitant pas l’intervention de l’aquariophile
  • De nombreuses variétés disponibles dans le commerce
  • Généralement plus solide que le guppy
A savoir
  • L’aquarium pour l’élevage plus volumineux que pour des guppys
  • Poisson particulièrement pollueur
  • La facilité de reproduction entraîne souvent une surpopulation
Publicité

Le xypho ou xipho

Xipho – Xiphophorus hellerii © Jérôme Picard

Le xipho est lui aussi un vivipare dont la reproduction est aisée en aquarium. Bien qu’originellement présent en Amérique centrale, les souches présente en aquariophile sont toutes issues d’élevages. Il est rare de trouver des xiphos en forme sauvage dans le commerce. Les mâles ont généralement une queue en forme d’épée. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Xiphophorus hellerii
Volume minimum : 120 litres pour 5 à 10 individus


Le molly

Molly – Poecilia sphenops © Roman Slaboch

Ce poisson originaire d’Amérique du sud est très commun en aquarium. L’espèce Poecilia sphenops élevé en captivité présente de nombreuses variantes comme le molly dalmatien, le black molly, le molly ballon et bien d’autres encore.
Sa simplicité de reproduction et son taux de reproduction en font un animal idéal pour la sélection génétique.

Comme le guppy, le platy et le xipho, ce poisson se reproduit très facilement en aquarium, les femelles donnant directement naissance à des alevins capables de nager. Comme pour la plupart des vivipares, compter un mâle pour trois femelles. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Poecilia sphenops
Volume minimum : 140 litres pour une petite dizaine d’individus


Le néon du pauvre

Néon du pauvre – Tanichthys albonubes

Le néon du pauvre, ou Tanichthys, est très commun en aquarium. Originaire d’Asie, cette petite espèce peut vivre plus de 3 ans dans de bonnes conditions.

Ce poisson vit dans des régions fraîches où la température de l’eau oscille entre 2 à 22 °C au cours de l’année. Ceci le rend intéressant pour une maintenance en aquarium sans chauffage, à température ambiante. Sa petite taille et ses besoins simples le rendent tout à fait adapté aux débutants et aux aquariums à faible consommation d’énergie.

Nom scientifique : Tanichthys albonubes
Volume minimum : 50 litres pour un groupe de 5 à 8 individus
Compatible : Aquarium ISEO 60 litres


Le barbu cerise

Barbu cerise – Puntius titteya © Ron Aquarium

Le barbu de Sumatra est une espèce commune des aquariums de débutant. Originaire d’Asie cette espèce vit en banc et affectionne particulièrement les zones plantées et les branches immergées.

Bien que Grégaire, il n’est pas rare en captivité qu’une agressivité intraspécifique se développe. Il convient donc de respecter un volume suffisant pour limiter les risques.

Nom scientifique : Puntius titteya
Volume minimum : 50 litres pour 6 individus
Compatible : Aquarium ISEO 60 litres


Le rasbora arlequin

Rasbora arleuin – Trigonostigma heteromorpha © Flair Wang

Le rasbora arlequin est poisson grégaire originaire de la péninsule de Malacca, en Asie. Cette espèce commune ne présente pas de difficulté particulière.

Leur petite taille et leur comportement paisible permet de les maintenir dans un aquarium de faible volume. Cette espèce vivant en banc, il est préférable de les garder en groupe conséquent. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Trigonostigma heteromorpha
Volume minimum : 60 litres pour une quinzaine d’individus
Compatible : Aquarium ISEO 60 litres


Le néon rose

Néon rose – Hemigrammus erythrozonus © Peter Maguire

Le néon rose est un petit poisson grégaire originaire du bassin amazonien. Cette espèce apprécie les aquariums plantés avec un bon volume de nage. Pour son bien être, il doit être maintenu en groupe. Ce poisson calme convient bien à un aquarium communautaire. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Hemigrammus erythrozonus
Volume minimum : 80 litres pour une dizaine d’individus
Compatible : Aquarium ISEO 80 litres

Le néon bleu

Néon bleu – Paracheirodon innesi © Peter Apas

Le néon bleu, comme le cardinalis, est un petit poisson grégaire originaire du bassin amazonien. Il doit être maintenu en groupe de minimum 5 individus sans quoi il risque de se stresser et de développer des pathologies. Cette espèce vit naturellement à proximité des berges non loin de la végétation mais dans des zones libres. Il doit donc disposé d’un espace de nage suffisamment dégagé. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Paracheirodon innesi
Volume minimum : 80 litres pour une dizaine d’individus
Compatible : Aquarium ISEO 80 litres


Le cardinalis 

Paracheirodon axelrodi © Peter Maguire

Le cardinalis, appelé aussi néon rouge, est un petit poisson grégaire originaire du bassin amazonien. C’est un poisson vivant naturellement en grande colonie qui doit impérativement être maintenu en groupe. En effet, au moindre stress, les cardinalis se regroupent pour affronter ensemble un éventuel danger. Ils apprécient un aquarium bien planté pourvu de grands espaces pour pouvoir nager librement. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Paracheirodon axelrodi
Volume minimum : 100 litres pour une douzaine d’individus
Compatible : Aquarium ISEO 100 litres

Les plus
  • Poisson de banc donnant de la vie à l’aquarium
  • Couleurs vives
A savoir
  • Poisson assez fragile facilement stressé
  • Reproduction très difficile
  • Prévoir un minimum d’un mètre de façade pour permettre au banc d’avoir assez d’espace pour nager
Publicité

Le tétra Citron

Tétra citron – Hyphessobrycon pulchripinnis

Le tétra citron, est un petit poisson tropical d’eau douce originaire d’Amérique du Sud. Tout comme les néons, c’est un poisson grégaire qui évolue en petits groupes ou en banc en milieu naturel. 

Ce petit chasseur de microorganismes ne se soucie guère de ses colocataires. C’est un poisson paisible qui apprécie la présence de racines et de végétations. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Hyphessobrycon pulchripinnis
Volume minimum : 100 litres pour une dizaine d’individus
Compatible : Aquarium ISEO 100 litres


La veuve noire

Veuve noire – Gymnocorymbus ternetzi

La veuve noire, est un poisson tropical d’eau douce originaire d’Amérique du Sud. Elle est rencontrée de l’Amazonie jusqu’aux grands marais du Pantanal.

Bien que cette espèce soit de tendance grégaire et pacifique dans le milieu naturel, il n’est pas rare que ce poisson devienne agressif en captivité si le volume n’est pas suffisant. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Gymnocorymbus ternetzi
Volume minimum : 120 litres pour quelques individus, 200 litres pour une dizaine d’occupants


Le barbu de Sumatra

Barbu de Sumatra – Puntigrus tetrazona © Robert Allgayer

Le barbu de Sumatra est une espèce commune des aquariums de débutant. Originaire d’Asie, cette espèce vit en banc et affectionne particulièrement les zones plantées et les branches immergées.

Bien que de tendance grégaire, il n’est pas rare qu’une agressivité intraspécifique se développe. Il convient donc de respecter un volume suffisant pour limiter les risques… Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Puntigrus tetrazona
Volume minimum : 160 litres pour 8 individus


Les Danio rério

Poisson zèbre – Brachydanio rerio © Jérôme Picard

Parfois surnommé le poisson zèbre, le « Danio » rerio est un poisson provenant d’Inde. Il est très courant en aquariophilie et est également utilisé en laboratoire comme organisme modèle. Il est plus résistant que les néons et peut atteindre entre 6 et 8 cm à l’âge adulte. Comme toutes les espèces grégaires, il est préférable de prévoir un minimum d’une dizaine d’individus pour envisager sa maintenance dans de bonnes conditions. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Brachydanio rerio
Volume minimum : 200 litres pour une dizaine d’individus

Les plus
  • Solide, tolère la température ambiante
  • Chauffage non obligatoire
  • Poisson de banc donnant de la vie à l’aquarium
A savoir
  • Reproduction difficile
  • Prévoir un minimum de 200 litres pour 1m20 de façade pour permettre au banc d’avoir assez d’espace pour nager

Le Corydoras aeneus

Corydoras aeneus © Flair Wang

Le genre Corydoras comprend de nombreuses espèces dont la plus connue est le Corydoras aeneus. Celui-ci est largement répandu dans toute l’Amérique du Sud. C’est également le Corydoras le plus commun en animalerie.

Comme tous les poissons de son genre, le Corydoras aeneus est un poisson vivant naturellement en banc. Il faut prévoir un banc d’un minimum de 8 individus, une dizaine étant préférable, pour s’assurer d’une bonne maintenance. Voir la fiche détaillée.

Les Corydoras passent la plupart de leur temps à fouiller le sol avec leurs barbillons. Ce sont des poissons plutôt robustes mais il faut être vigilant vis-à-vis du substrat (constitution du sol) pour éviter qu’ils ne se blessent. Bien qu’ils soient parfois rangés abusivement dans la catégorie des poissons nettoyeurs, les Corydoras sont des poissons omnivores ayant besoin d’une nourriture adaptée à leurs besoins. Découvrir les Corydoras.

Volume minimum : 120 litres

Les plus
  • Comportement atypique
  • Poisson vif
A savoir
  • Prévoir un système de filtration assez important
  • Assez exigent en termes d’eau
  • Éviter les substrats coupants de type quartz pour ne pas abîmer leurs barbillons

Les Synodontis

Synodontis sp. © Enrico Ritcher

Ces espèces originales de poisson-chat sont originaires de l’Afrique de l’ouest tropical. La plupart sont calmes et timides.

Ces poissons ont la particularité de nager sur le dos, tête en bas, cachés sous des feuilles ou des morceaux de bois. Ils sont actifs la nuit mais tout de même bien visibles lors de la distribution de nourriture en journée. Nous conseillons les petites espèces robustes comme le Synodontis nigriventris.

Nom scientifique : Synodontis nigriventris
Volume minimum : 120 litres pour 2 individus


Les Ancistrus

Ancistrus sp. © Enrico Ritcher

Les Ancistrus sont des poissons à tendance végétarienne, ils sont à l’origine de l’appellation « nettoyeur de fond » outrageusement généralisée à toutes les espèces de Loricariidae. Ils sont originaires d’Amérique du Sud. Les mâles sont territoriaux et peuvent parfois se montrer légèrement agressif.

Les Ancistrus peuvent être maintenus en couple ou en harem, en veillant à avoir toujours plus de femelles que de mâles. Ils ont besoin d’une eau légèrement acide. L’aquarium devra être pourvu de cachettes pour qu’ils puissent créer leur territoire. Voir la fiche détaillée.

Les Ancistrus étant exclusivement végétariens, il est recommandé d’insérer de nombreuses plantes et de les nourrir avec des aliments adaptés.

Volume minimum : 120 litres

Les Plus
  • Certains Ancistrus peuvent manger les algues
  • Poisson calme
A savoir
  • Assez exigent en termes d’eau
  • Espèce craintive parfois difficile à observer

En fonction des espèces, différentes associations sont déjà possibles dans un aquarium d’une centaine de litres. Il est par exemple possible d’associer des Ancistrus et des Corydoras avec un banc de cardinalis.


Le pelmato

Pelvicachromis pulcher © Lemi Hacioglu

Ce petit Cichlidae originaire d’Afrique de l’Ouest est un poisson vivant en couple sur un petit territoire. Cette espèce est idéale pour les petits volumes. La parade et la couleur de sa robe en période de reproduction en font un poisson de choix pour s’initier à la reproduction de poissons réalisant un nid.

Pour une première expérience avec des cichlidés, il convient de maintenir ce poisson en couple sans autres poissons territoriaux. Voir la fiche détaillée.

Nom scientifique : Pelvicachromis pulcher
Volume minimum : 100 litres pour 2 individus
Compatible : Aquarium ISEO 100 litres


Bien entendu, cette liste d’espèces n’est présentée qu’à titre indicatif. Excepté le Cap Lopez, elle contient des poissons très largement répandus dans le passe-temps aquariophile. Il existe d’autres espèces et associations accessibles aux débutants mais généralement moins documentées. Vous disposez à présent de quelques notions supplémentaires pour vous lancer dans votre première expérience aquariophile. Bonne création !

À découvrir également
  • Barbus clown Barbodes everetti
  • poisson rouge Carassius auratus
  • poisson-paradis Macropodus opercularis
  • guppy des marais Micropoecilia picta
  • tétra yeux rouges

A propos de l'auteur

Benoit Chartrer fait partie des membres du projet Fishipédia. Sorti d'une formation d'ingénieur en physique, il a progressivement changé de spécialisation en se tournant vers les technologies Web. Passionné de voyage et de biologie, il tient également un compte Instagram dédié à la photographie animalière.

Magasins partenaires proches

Articles liés

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}