discus

Nom scientifique Symphysodon aequifasciatus
Descripteur Pellegrin
Année description 1904
Statut IUCN NE
Genre Symphysodon
Famille Cichlidae
Symphysodon aequifasciatus Symphysodon aequifasciatus

Partenariats

Espèces de la même famille

Proches congénères

Espèces du même biotope

Introduction

Le Symphysodon aequifasciatus, communément appelé discus ou discus bleu, est un poisson tropical originaire d'Amérique du sud. C'est l'une des seules espèces d'eau douce en forme de disque.

Qui est-il ?

Le genre Symphysodon

Les poissons du genre Symphysodon sont tous couramment appelées discus. Ils appartiennent au groupe des "cichlasomatines" qui comprends plusieurs autres espèces de cichlidés dotés d'un corps compressé et qui se rencontrent dans des biotopes similaires. On peut citer par exemple les genres Heros, Uaru, Pterophyllum ou Mesonauta.

Les discus partagent certains traits de caractère avec les espèces des genres précédemment cités. Fait rare parmi les poissons, ils ont la particularité de produire un mucus pour alimenter leurs juvéniles. Dans le monde, seuls ces poissons et les Uaru exsudent de leur peau ce "lait".

Le nombre d'espèces de discus fait encore l'objet de désaccord entre les scientifiques. Selon Schultz, deux espèces sont reconnues : S. aequifasciatus, divisée en 3 sous-espèces, et S. discus Heckel présente dans le Rio Negro.

En 2006, une étude basée sur l'ADN a montré que le genre possède deux espèces : S. aequifasciatus et une nouvelle espèce, S. tarzoo, qui comprend les populations de discus "verts" et "bleus" précédemment incorporées à l'espèce S. aequifasciatus. Les anciens S. discus, présents à l'est de l'arche de Purus appartiennent, selon ce modèle, à l'espèce S. aequifasciatus.

Finalement, une étude de 2007 basée également sur l'ADN a montré qu'il existe en réalité trois espèces de discus : S. discus, S. aequifasciatus et S. haraldi. Selon cette dernière, S. aequifasciatus est la seule espèce à se trouver uniquement à l'ouest de l'arche de Purus. S. haraldi est largement présente autours de l'embouchure de l'Amazone au niveau du rio Iça. S. discus est limitée au rio Négro et à certains affluents. Des hybridations sont courantes entre S. discus et S. haraldi.

Sur Fishipédia, nous avons maintenu pour le moment la classification de Fishbase, en attendant la résolution par les scientifiques de ces différents.

Un commerce international dynamique est organisé autour de l'exportation de discus sauvages originaires de l'Amazonie brésilienne. Malgré le fort engouement historique pour les discus dans le milieu aquariophile, les études ont longtemps été absentes sur le mode de vie de ces poissons en milieu naturel. Une grande partie de la littérature provient des expériences en captivité.

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    15 cm
  • Taille maximale
    20 cm
  • Longévité
    12 ans
  • Forme
    ronde
  • Taille moyenne
    15 cm
  • Taille maximale
    20 cm
  • Longévité
    12 ans
  • Forme
    ronde

Description

Le discus est multicolore avec un corps compressé en forme de disque. En fonction des zones de pêche, les motifs comprennent des nuances plus ou moins prononcées de brun, bleu, rouge ou vert.

Selon Schultz (1960), il existe trois sous-populations : 

- S. aequifasciatus aequifasciatus (discus «vert» - provenant principalement des affluents du sud de la haute Amazonie)

- S. a. haraldi (discus «bleus» - principalement des affluents du nord de la haute Amazonie)

- S. a. axelrodi (discus «bruns» - principalement de la basse Amazonie)

Différences entre mâles et femelles

Ce sont des poissons difficiles à différencier. Les femelles ont, lors de la reproduction, des papilles génitales arrondies dirigées vers l'arrière, contrairement au mâle chez qui elles sont pointues et dirigées vers l'avant.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en couple ou en groupe
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Oui
  • Venimeux
    Non

L'habitat des discus est caractérisé par des fluctuations saisonnières extrêmes, qui se traduisent par des modifications importantes de comportement chez les poissons. En période sèche, la quantité d'Oxygène et de nourriture diminue tandis que la densité de parasites et de prédateurs augmentent.

Ainsi, en période de "pleine eau", les discus vivent en solitaire ou en petits groupes dans les forêts immergées, à la recherche d'algues, de micro-organismes et de matières végétales. A contrario, en période de sécheresse, les discus se regroupent pour former des colonies de plusieurs centaines d'individus. A cette période, ils résident cachés autour d'arbres tombés et de racines.

Au sein des groupes, des parades voire des petites joutes peuvent survenir entre les différents membres jusqu'à ce qu'une hiérarchie soit établie.

Lorsque les discus se sentent en danger, on peut observer l'apparition de rayures verticales noires marquées sur l'ensemble du corps. Ces motifs, qui peuvent alors rappeler certains traits morphologiques de leurs cousins, leur permettent probablement de se confondre plus facilement dans les branchages ou de perturber la vision de leurs prédateurs.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Oui

Le discus est un poisson ovipare qui pond sur substrat découvert. La reproduction a lieu au début de la saison des inondations, ce qui augmente les chances de survie des jeunes. Le discus atteint sa maturité sexuelle en un an.

Les couples formés sont solides et prennent soin de leur progéniture en protégeant leur nid puis en nourissant leurs alevins sur leur dos. Le taux de survie dépend fortement du niveau des crues.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    26 - 30 °C
  • pH (acidité)
    6 - 7.5
  • gh (dureté)
    6 - 13

Présentation du biotope

Le discus réside naturellement dans une eau légèrement acide, caractéristique des régions de forêts tropicales et équatoriales. En saison sèche, il vit en banc à proximité de grosses racines, d'arbres ou de branches où il peut trouver refuge en cas de danger. En période de crue, les groupes se dispersent dans la forêt inondée.

Les systèmes de plaines d'inondation dans lesquels résident les discus font partie des écosystèmes les plus riches en espèces de la planète. Dans ces régions, l'amplitude du fleuve Amazone est de 6 à 12 mètres, ce qui permet d'amener une forte disponibilité en nourriture et abris en période de crue, et à contrario une forte pression de prédation en période sèche.

Immersion au cœur du biotope

Espèces du même biotope

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    350 litres
  • Population min
    5 individus
  • Température
    26 - 30°C
  • pH (acidité)
    6.8 - 7.2

Caractéristiques

  • Robustesse
    sensible
  • Disponibilité
    très courant
  • Difficulté d'élevage
    modéré
  • Comportement
    pacifique

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à condition de bien se renseigner sur ses besoins en aquarium. Les éventuels cohabitants doivent être choisis avec soin pour éviter la perte d'animaux. Cet animal est un peu plus sensible que d'autres aux influences de son environnement et à la qualité de l'eau.

Cette espèce est particulièrement répandue dans le commerce aquariophile. Les animaux issus d'élevage de longue date sont généralement acclimatés à une température avoisinant les 26°C dans une eau neutre.

Le discus est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 26 °C et 30 °C. . Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 33°C sur de longues périodes. Le discus est sensible aux changements brutaux de paramètres ainsi qu'aux produits chimiques. Son acclimatation en aquarium doit être réalisée avec un soin tout particulier pour éviter qu'il ne développe des maladies ou des faiblesses. La teneur en Nitrates devrait rester inférieure à 25mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, il est recommandé d'effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Cohabitation & Environnement

Il n'existe pas de règle officielle concernant la sociabilité du discus. Dans la Nature, en fonction de la saison, il est rencontré en banc de centaines d'individus, seul ou en petits groupes. Étant donné sa relative timidité, nous conseillons toutefois la maintenance d'un groupe car nous faisons l'hypothèse que le stress sera moindre dans ces conditions.

La maintenance d'un groupe permettra aussi plus facilement à deux discus de se trouver et de former un couple, si vous souhaitez tenter une reproduction qui, soit-disant passant, fait partie des plus spectactulaires au monde.

Nous vous conseillerions donc d'installer au moins 5 individus dans un aquarium d'au moins 350 litres, muni d'au moins une grosse racine. Dans un contexte d'aquarium communautaire, la chance de survie des alevins sera quasiment nulle. Après quelques pontes, il sera préférable d'isoler le couple ou de se séparer des autres membres du groupe.

Étant de nature craintive, il est conseillé de ne pas faire cohabiter le discus avec des espèces territoriales de grande taille ou avec des poissons trop agressifs. Il peut aisément évoluer avec des voisins territoriaux au tempérament pacifique ou avec des espèces non territoriales peu agressives. Nous déconseillons une maintenance avec des espèces trop proches comme les scalaires, excepté dans des aquariums de taille plus importantes.

Attention à prévoir un aménagement adéquat pour chaque espèce territoriale : chaque espèce devra bénéficier d'une surface et d'un décors lui permettant de juxtaposer son territoire à celui de ses voisins.

L'organisation hiérarchique et l'agressivité entre congénères peut fragiliser certains individus, la présence de cachettes devient alors nécessaire. Si vous souhaitez ajouter des nouveaux membres, mieux vaut introduire des poissons plus jeunes. Ils auront une meilleure chance de s'intégrer dans le nouvel équilibre constitué.

Le discus est sensible aux changements brutaux de paramètres ainsi qu'aux produits chimiques. Son acclimatation en aquarium doit être réalisée avec un soin tout particulier pour éviter qu'il ne développe des maladies ou des faiblesses. Pour le bien-être de cette espèce, il est conseillé de renouveler 20% de l'eau toutes les deux semaines. Attention, l'eau ajoutée doit être à une température voisine de celle de l'aquarium.

Conseils pour l'alimentation

Le discus est un omnivore, se nourrissant naturellement aussi bien de végétaux que de micro-organismes. Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l'eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Protocole de reproduction

La reproduction du discus est l'une des plus remarquables parmi les poissons d'aquarium. Pour la favoriser, il est préconisé de placer un minimum de cinq individus au sein de votre bac car :

- La détermination du sexe est quasiment impossible - Les couples se choisissent - Les couples sont fidèles

Une fois le couple formé, il est nécessaire de respecter un protocole précis pour qu'ils puissent se reproduire :

- Les paramètres de qualité d'eau doivent être strictement respectées : pH acide, eau douce, température élevée - Le volume libre doit être conséquent : une centaine de litres par couple, il peut être judicieux d'isoler le couple. - Le support de ponte doit être lisse et incliné : "cônes de ponte" (pot de fleur retourné...)

Lorsque ces règles sont suivies, la ponte est courante mais la naissance et la croissance de la progéniture reste difficile.

Lorsque le couple est prêt à s'accoupler, il va soigneusement nettoyer le support de ponte. La femelle y dépose ensuite ses œufs de bas en haut selon des lignes verticales parallèles. Le mâle féconde les œufs immédiatement après la ponte en reproduisant les mêmes mouvements.

Une fois la ponte réalisée, les parents se relaient pour nettoyer et ventiler leurs œufs. Ils protègent également le nid des prédateurs voisins. Lorsque les alevins atteignent le stade de "nage libre", ils viennent picorer le mucus secrétés par les parents. Cette caractéristique se retrouve chez plusieurs cichlidés sud-américains, comme les Uaru. Cette phase est cruciale car les alevins ne peuvent être nourris sans la présence des parents pendant les premiers jours suivant la ponte.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Idées cadeaux

Apprendre en s'amusant

Observer en expérimentant

Découvrir en bouquinant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

Où acheter ce poisson sur la toile ?

Articles qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Où voir cette espèce ?

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

Ecology and life history of an Amazon floodplain cichlid: the discus fish Symphysodon (Perciformes: Cichlidae) - William G. R. Crampton - Neotropical Ichthyology - 2008. Print version ISSN 1679-6225On-line version ISSN 1982-0224

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Contenu publicitaire
Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 17/05/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}