anaconda géant

Nom scientifique Eunectes murinus
Type Serpent
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN DD
Genre Eunectes
Eunectes murinus Eunectes murinus

Introduction

L'anaconda Eunectes murinus est communément appelé anaconda géant, anaconda vert ou grand anaconda. Une appellation justifiée puisque c'est le serpent le plus long du monde.

Le record de taille le plus fiable remonte à 1973. Il a été enregistré par Minton et Pope dans le bassin de l'Orénoque, en Colombie. Abattu par une équipe de prospecteurs, le spécimen mesurait 11,5 mètres. C'est plus que les plus grands pythons réticulés du continent asiatique qui peuvent atteindre les 10 mètres. De nos jours, ces anciennes observations sont souvent oubliées des herpétologues qui attribuent à l'anaconda géant une taille approchant les 9 mètres.

Un oubli qui peut se justifier par la diminution des vieux spécimens dans leur milieu naturel. Victime du braconnage, de la déforestation et de l'assèchement des zones humides, les populations d'anacondas sont sur le déclin. Bien que résilients et discrets malgré leur taille, les grands spécimens subissent une raréfaction de leurs proies.
Si l'anaconda suscite beaucoup de fantasmes, il n'existe pourtant aucune preuve d'attaques sur l'Homme à ce jour.

Question poids, il n'y a pas de débat. Avec ces 250 kilos, l'anaconda géant est bien le serpent le plus massif au monde. 

Qui est-il ?

Le genre Eunectes

Le genre Eunectes regroupe quatre espèces, toutes appelées "anaconda". Eunectes signifie "bon nageur" en grec ancien, rien d'anormal donc à ce qu'on retrouve toutes ces espèces dans des marécages, fleuves et prairies inondées d'Amérique du sud.

Les Eunectes sont des serpents semi-aquatiques constricteurs non-venimeux. Ce sont les grands prédateurs de leur milieu, ils peuvent s'attaquer à des proies aussi massives que les caïmans ou les tapirs.

Plus grosse que le mâle, la femelle pour s'accoupler attire ses partenaires en émettant des phéromones. Des groupes de mâles l'enserrent alors pour la féconder, parfois pendant plusieurs jours. La femelle peut avoir jusqu'à une dizaine de partenaires. Il lui arrive de manger des mâles au cours de la reproduction. Un acte qui lui est utile pour la suite puisqu'elle jeûne durant toute l'incubation. 

L'anaconda est ovovivipare comme tous les boas. Chaque portée peut comporter jusqu'à cinquante petits qui mesurent entre 60 et 96 centimètres. 

Les Eunectes sont couverts de petites écailles allant du brun au vert avec des taches noires. 

Comment le reconnaître ?

  • Taille femelle
    700 - 1150 cm
  • Taille mâle
    400 - 600 cm
  • Poids
    200 - 250 kg
  • Motif
    ponctuations
  • Mimétisme
    Végétaux
  • Longévité
    30 ans
  • Taille femelle
    700 - 1150 cm
  • Taille mâle
    400 - 600 cm
  • Poids
    200 - 250 kg
  • Motif
    ponctuations
  • Mimétisme
    Végétaux
  • Longévité
    30 ans

Description

Le corps est couleur vert olive qui passe au jaune vers le ventre. La partie dorsale est recouverte de nombreuses tâches brunes et noires arrondies. Les yeux et les narines se situent sur le sommet du crâne. Une bande noire relie l'œil à la mâchoire inférieure.

Tous ces attributs lui offre un camouflage idéal pour surprendre ses proies, parfois plus grosses que lui. Un exploit rendu possible grâce à sa puissante mâchoire qui se désaxe. Pour encore plus de discrétion, il chasse plutôt la nuit, rarement de jour.

Ratio Humain-Animal

Différences entre mâles et femelles

Les femelles sont plus grosses que les mâles. Elles mesurent en moyenne entre 7 et 9 mètres, tandis que la taille des mâles varient entre 4 et 6 mètres.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • Mode de vie
    Nocturne
  • Venimeux
    Non
  • Alimentation
    prédateur

Ce serpent est un prédateur solitaire qui privilégie un mode de vie nocturne.

Il adopte un style de chasse furtif qui lui permet d'étouffer ou de noyer ses proies. Il peut détecter les animaux approchants grâce aux vibrations ou des signaux chimiques dans l'air en utilisant sa langue fourchue et son organe de Jacobson (ou organe voméronasal). 
Si son élément préféré est l'eau, il est capable de grimper aux arbres si besoin.

Il mange une large variété d'animaux : mammifères (biches, tapirs, capybara), oiseaux, reptiles (tortues, caïmans) et même des poissons. Si certaines prises record ont pu aller jusqu'à 45 kilos, voire plus, ce n'est pas représentatif des proies habituelles de l'anaconda.

Les petits anacondas sont plus agressifs car plus souvent menacés. Certainement un reste de leur naissance : aussitôt nés, les serpenteaux ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Les jeunes sont aussi fréquemment chassés par les jaguars et les caïmans. Hors période de chasse, la grande femelle est plus paisible. 

Ce serpent peut faire preuve d'un cannibalisme occasionnel.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Polygamie
    Oui
  • Taille de la ponte
    20 - 40 œufs
  • Protection de la ponte
    Non

On a peu d'informations sur la saison de reproduction de ce reptile ovovivipare. Les rares archives à ce sujet évoque une période allant de décembre à mars. 

Plus grosse que le mâle, la femelle est polyandre. Elle peut avoir jusqu'à une dizaine de partenaires en même temps.
Pour s'accoupler, elle emet des phéromones pour attirer le plus de mâles possibles. Ils l'enserrent pour la féconder, ce qui peut durer plusieurs jours. La femelle mange parfois certains mâles au cours de la réproduction. Un acte qui lui est utile pour la suite puisqu'elle jeûne durant les sept mois d'incubation.  

Contrairement à de nombreux reptiles, les oeufs sont incubés directement dans le corps de la femelle. En moyenne, la taille de la ponte varie de 20 à 40 oeufs. Quand les petits naissent, ils font entre 60 et 96 centimètres, presque la taille des couleuvres européennes.

Espèce potentiellement dangereuse

Dans la nature, l’anaconda n’est pas agressif envers l’Homme si on l’observe de loin sans le perturber. S’il est dérangé et manipulé l’anaconda va se défendre vigoureusement, mordre et régurgiter le contenu de son tube digestif.

La morsure de l’anaconda n’est pas venimeuse car il ne possède pas de venin. En revanche, au regard de la taille du sujet, elle peut être comparable à une griffure de chat comme à une morsure de Rottweiler. Cette espèce aquatique contient par ailleurs une grande quantité de bactéries dans sa bouche ce qui peut infecter très facilement la plaie. Ses dents étant très fines, elles peuvent aussi se casser lors de la morsure et rester dans la plaie. Plus le spécimen est gros, plus les dents sont longues et peuvent causer de graves et profondes blessures.

Des histoires sensationnelles d'anacondas attaquant des humains sont apparues dans la littérature populaire pendant des siècles. Cependant, de rares cas d’attaques par des anacondas sur des humains ont été reportés dans la littérature scientifique. En 1997 (J. C. Murphy), une petite fille aurait été attrapée par un Anaconda par son maillot de bain puis sauvé par ses sœurs. En 1998 (J. A. Rivas), deux herpétologues en mission scientifique dans les marécages auraient été victime de tentatives de prédation par deux anacondas mesurant 5 m et 4,45 m. Le premier anaconda aurait surgi de l’eau, attrapant l’herpétologue au genou une première fois déchirant son pantalon, puis une seconde fois au niveau de sa taille, en vain, puisqu’elle réussit à l’éviter. Le second anaconda se serait élevé 25 cm au-dessus de l’eau pour attaquer un autre herpétologue, ici aussi sans succès car il réussit à éviter la morsure.

Théoriquement, un anaconda de 6 m pourrait facilement avaler un enfant ou un petit adulte, et un spécimen de 8 m pourrait avaler un adulte de n'importe quelle taille. En revanche, pour être attrapé, la personne devrait être extrêmement insouciante, endormie ou ivre pour ne pas être en capacité d’éviter l’attaque.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Il est présent dans les marécages, fleuves et prairies inondées d'Amérique du sud, à l'exception du Chili.

Victime du braconnage, de la déforestation et de l'assèchement des zones humides, les populations d'anacondas sont sur le déclin. Directement liée à la réduction de leur habitat, elles subissent aussi une raréfaction de leurs proies.

L'anaconda géant figure dans l'annexe II de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), ce qui signifie que s'il n'est pas nécessairement menacé actuellement d'extinction, il  pourrait le devenir si le commerce de leurs spécimens n'était pas étroitement contrôlé.

The indigenous peoples of Brazil and Peru practice the commercialization of anacondas. The folklore of these regions considers green anacondas to have magical and spiritual properties, and their body parts are sold for ritualistic purposes. Their fat is used as medicine against rheumatism, inflammation, infection, asthma, and thrombosis in these areas.
The indigenous peoples of Brazil and Peru practice the commercialization of anacondas. The folklore of these regions considers green anacondas to have magical and spiritual properties, and their body parts are sold for ritualistic purposes. Their fat is used as medicine against rheumatism, inflammation, infection, asthma, and thrombosis in these areas.
The indigenous peoples of Brazil and Peru practice the commercialization of anacondas. The folklore of these regions considers green anacondas to have magical and spiritual properties, and their body parts are sold for ritualistic purposes. Their fat is used as medicine against rheumatism, inflammation, infection, asthma, and thrombosis in these areas.
Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    15 - 28 °C
  • Courant
    Lent

Présentation du biotope

Serpent semi-aquatique, l'anaconda géant n'est jamais trouvé loin d'une source d'eau. Il évolue aussi bien dans des ruisseaux que des fleuves, des marécages, des lacs offrant une large végétation et des prairies inondées. Il a une préférence pour les eaux lentes et troubles.

Espèces du même biotope

Idées cadeaux

Apprendre en s'amusant

Observer en experminentant

Découvrir en bouquinant

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Références bibliographiques

Observations on the Natural History of the Green Anaconda (Eunectes murinus, Linnaeus, 1758) in the Venezuelan Llanos: An Ecotourism Perspective - César L. Barrio Amorós - Róger Manrique - ICRF Journal, Reptiles and Amphibians - 2008. Volume 15, numéro 1 (Previous name of the journal was "Iguana: Conservation, Natural History, and Husbandry of Reptiles")

Predatory attacks of green anacondas (Eunectes murinus) on adult human beings - Jesús Antonio Rivas - Herpetological Natural History - 1998. Volume 6

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Contenu publicitaire
Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 01/01/1970
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}