mérou

Nom scientifique Epinephelus marginatus
Descripteur Lowe
Année description 1834
Statut IUCN EN
Famille Serranidae
Genre Epinephelus
Epinephelus marginatus Epinephelus marginatus

Introduction

Le mérou Epinephelus marginatus est communément appelé "mérou brun" ou "mérou commun" en Méditerranée. Ce carnassier discret fait partie des grands prédateurs des zones rocheuses peu profondes.

Très apprécié pour sa chair, cette espèce fut longtemps une prise de choix pour les pêcheurs. Il possède des noms locaux dans de nombreuses langues comme par exemple "garoupa" au Brésil, "cernia bruna" en Italie, "mero" au Portugal ou encore "mérou rouge" en Tunisie.

Aujourd'hui, le mérou brun est considéré comme menacé par l'IUCN, principalement à cause de la surpêche dont il a fait l'objet tout au long du XXe siècle. En Corse, où il est protégé, les populations semblent bien se redévelopper.

Qui est-il ?

Le genre Epinephelus

En 2019, le genre Epinephelus comprend 87 espèces selon FishBase. Ces poissons sont communément appelés "mérou" et appartiennent au "groupe" des serrans (Serranidae).

Ce sont des carnassiers territoriaux au corps allongé et robuste. La tête est imposante, la mâchoire contient des canines sur l'avant. La bouche est protractile. Toutes les espèces possèdent 10 ou 11 épines dorsales.

La plupart des espèces se rencontrent dans les récifs coralliens ou rocheux à quelques exceptions près (E. aeneus, E. bruneus ou encore E. areolatus) qui vivent dans les fonds sableux, limoneux ou boueux. Les adultes sont généralement observés entre 10 et 200 mètres de profondeur.

La majorité des Epinephelus sont reconnus comme hermaphrodites protogynes, c'est-à-dire qui naissent femelle et deviennent mâle en grandissant. Il se pourrait cependant que toutes les femelles ne changent pas de sexe et que certains mâles ne passent pas par ce stade communément admis.

Les espèces d’Epinephelus font partie des poissons les plus pêchés au monde, en particulier les espèces tropicales. Ils comptent également parmi les espèces les plus chères du marché et plusieurs d'entre eux font l'objet de fermes de pisciculture (E. coiodes et E. malabaricus).

Aujourd'hui, la surpêche et la pollution ont entraîné la chute drastique des populations de nombreux mérous et plusieurs espèces sont en danger d'extinction selon l'IUCN.

Comment le reconnaître ?

  • Type
  • Taille moyenne
    80 cm
  • Taille maximale
    140 cm
  • Longévité
    50 ans
  • Mimétisme
    pierre
  • Motif
    marbrures
  • Type
  • Taille moyenne
    80 cm
  • Taille maximale
    140 cm
  • Longévité
    50 ans
  • Mimétisme
    pierre
  • Motif
    marbrures

Description

Le mérou commun a une tête et un corps de couleur rougeâtre foncé ou grisâtre sur le dessus. Le ventre est plus clair, parfois jaunâtre. Il possède des taches blanches ou beiges visibles sur le corps et la tête. Les nageoires impaires sont brun foncé, avec souvent un liseré blanc au bout. Les nageoires pelviennes et pectorales sombres, souvent jaunâtre à leur base.

Comme les autres mérous, cette espèce possède des épines sur les nageoires, 11 sur la nageoire dorsale et 3 sur la nageoire anale. Des simulations estiment un âge maximum atteint autour de 35 ans, pour une longueur commune de 120 cm.

Différences entre mâles et femelles

La différence entre mâle et femelle est très visible. Le mâle adulte est plus grand que la femelle.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • territorialité
    Oui
  • Mode de vie
    Diurne

Le mérou brun adulte vit en solitaire, en dehors des périodes de reproduction. Installé dans les zones rocheuses, il est territorial une grande partie de son temps. Ce véritable carnassier chasse à l'affût et fait partie des grands prédateurs de son biotope. Les pieuvres et les poissons associés aux récifs constituent ses proies de prédilection.

Il est généralement paisible avec les poissons non territoriaux qui ne sont pas des proies potentielles. Il est en revanche agressif avec d'autres espèces "caractérielles" qui sont sur son territoire. Il est également virulent à l'encontre de ses congénères, en particulier les autres mâles.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Hermaphrodite
    protogyne

Tous les individus changent de sexe. Le mérou brun naît toujours femelle, puis il se change en même en grandissant.

La maturité sexuelle des femelles arrive vers 5 ans. Puis, la transformation en mâle s'opère vers 10-15 ans. Au delà de cet âge, tous les individus sont des mâles.

Espèce inoffensive

  • Venimeux
    Non

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Le mérou brun est l'un des poissons les plus largement répartis au monde. On le rencontre des deux côtés de l'océan Atlantique, dans toute la mer Méditerranée et autour de la pointe sud de l'Afrique au Sud. Il a été répertorié dans les eaux côtières du Mozambique et de Madagascar. Il est connusur la côte est du Brésil, de l'Uruguay et de l'Argentine.

Bien présent sur tout le pourtours méditerranéen, avec des observations réalisées (entre autres) en Espagne, en France, en Italie, en Grèce, au Liban, en Israël, en Algérie et à Madère, il fait aujourd'hui l'objet de plans de conservation car ses populations avaient quasiment disparu au cours du XXe siècle.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    10 - 26 °C
  • Profondeur
    5 - 100 m
  • Courant
    Modéré et Lent

Présentation du biotope

On rencontre le plus souvent le mérou brun à une profondeur inférieure à 100m. Il n’est cependant pas impossible de retrouver ce poisson à d’autres profondeurs.

Il vit dans les zones rocheuses, généralement à proximité de larges cavités.

Espèces du même biotope

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Julie Magnus

Julie Magnus

Silvia Gomez

Silvia Gomez

Références bibliographiques

FAO Species Catalogue. Vol. 16. Groupers of the world (family Serranidae, subfamily Epinephelinae). - Heemstra, P.C - J.E. Randall - FAO Fisheries Synopsis - 1993.

Induction of Female-to–male Sex Change in the Honeycomb Grouper (Epinephelus merra) by 11-ketotestosterone Treatments - Ramji Kumar Bhandari - Mohammad Ashraful Alam - Kiyoshi Soyano - Masaru Nakamura - Zoological Science - 2006.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 17/10/2021

Partenaires

Espèces de la même famille

Proches congénères

Espèces du même biotope

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}