rondeau mouton

Nom scientifique Archosargus probatocephalus
Descripteur Walbaum
Année description 1792
Statut IUCN LC
Famille Sparidae
Genre Archosargus
Archosargus probatocephalus Archosargus probatocephalus

Introduction

Archosargus probatocephalus, appelé rondeau mouton ou spare tête-de-mouton, est un sparidé de taille moyenne originaire de la côte ouest de l'océan Atlantique. Il vit des eaux littorales et estuariennes du sud de la Nouvelle-Écosse (Canada) jusqu'au Brésil. Il est absent des Bermudes, des Bahamas et de Grenade mais semble commun du golfe du Mexique jusqu'à New York.

Doté d'une dentition complexe rappelant celle des humains, il fait régulièrement l'objet de buzz lors de captures chez les pêcheurs nord-américains. L'appellation « mouton » ne provient pas d'une quelconque ressemblance au niveau des dentitions des deux animaux mais de similitudes au niveau de la silhouette des museaux.

Ses populations ont longtemps été peu étudiées. Ce poisson proche de la dorade semble avoir fortement subi la surpêche dans plusieurs régions. Aujourd'hui, les chercheurs s'interrogent sur le rôle de régulateur des rondeaux moutons. Ce poisson omnivore qui n'hésite pas à remonter les estuaires pourrait avoir un rôle central dans l'équilibre végétal de différents écosystèmes.

Qui est-il ?

Le genre Archosargus

Cousins des sars, les Archosargus constituent un petit genre regroupant trois espèces. Deux sont originaires de l'Atlantique Ouest et une est endémique des Galapagos. Chez celles d'Atlantique, il existe des sous-espèces qui pourraient être élevées au rang de taxon.

Parmi les sparidés, les Archosargus appartiennent à la sous-famille des Diplodinae. Contrairement aux autres sous-familles, les grands individus sont omnivores et se nourrissent de grandes quantités de macroalgues et d'herbes aquatiques.

Morphologie

  • Type
  • Taille moyenne
    35 cm
  • Taille maximale
    70 cm
  • Motif
    rayures verticales
  • Type
  • Taille moyenne
    35 cm
  • Taille maximale
    70 cm
  • Motif
    rayures verticales

Comment reconnaître le rondeau mouton ?

Le rondeau mouton est facilement identifiable à son corps gris à jaune verdâtre doté de quatre à sept barres verticales sombres. Son corps, comprimé et profond, peut mesurer jusqu'à 90 centimètres.

L'espèce est connue pour sa dentition développée. Cette dernière comprend des incisives à l'avant de la mâchoire, puis plusieurs rangées de molaires, trois sur la mâchoire supérieure, deux sur l'inférieure. Les molaires permettent de broyer les mollusques et crustacés, des organismes qui constituent une part non négligeable de son alimentation. Comme chez les humains, cette dentition permet l'ingestion d'une large diversité d'aliments composés aussi bien d'organismes aquatiques que de matières végétales.

Il existe trois sous-espèces reconnues : A. p. aries, rare, reportée du Bélize à Rio de Janeiro, A. p. oviceps et A. p. procatocephalus. Ces deux dernières se rencontrent dans les eaux nord-américaines. La première de St Marks à la Floride, la seconde de la Floride à la Nouvelle-Écosse, au Canada. Les divergences génétiques entre A. p. oviceps et A. p. procatocephalus sont cependant peu marquées.

Différences entre mâles et femelles

Mâles et femelles n'ont pas de différences notables. Contrairement à de nombreuses espèces de leur famille, les rondeaux moutons ne changent pas de sexe en cours de croissance.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en groupe ou solitaire
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Diurne

Ces poissons vivent d'ordinaire en groupe ou en banc même s'il n'est pas impossible d'apercevoir des individus adultes esseulés. Ils sont rencontrés à proximité des fonds rocheux où ils cherchent leur nourriture.

Les jeunes vivent en banc dans les herbiers et se nourrissent principalement d'invertébrés mous, comme les vers marins ou les bryozoaires. Les adultes deviennent peu à peu omnivores, ajoutant à ce régime un fort apport en végétaux et de nombreux invertébrés à carapace dure. Au-delà d'une cinquantaine de centimètres, ils sont capables de s'attaquer à des animaux robustes comme les oursins, les palourdes, les huitres ou les gros crustacés.

Ces poissons s'adaptent à des eaux pouvant aller de 10 à 35°C. Ils remontent également parfois les estuaires jusqu'aux eaux douces.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non

Le rondeau mouton est un poisson ovipare qui pond en eau libre. Mâles et femelles commencent à atteindre la maturité sexuelle autour de deux ans. L'ensemble des individus est mâture après quatre ans, pour une longueur située entre 22 et 28 centimètres.

Le frai a lieu à plusieurs reprises autour d'une même saison. Chaque ponte peut comporter entre 1 000 et 700 000 œufs. La reproduction dure de la fin de l'hiver jusqu'au début du printemps, avec un décalage notoire en fonction de la latitude. Ainsi, la saison s'étend de février à avril en Floride mais n'a lieu qu'en avril et mai sur les côtes de Caroline du nord. Avant la saison, les adultes semblent opérer des mouvements migratoires proches du littoral et des zones d'alimentation dans les estuaires. Ces mouvements n'excèdent pas 100 kilomètres.

Après le frai, les œufs sont emportés par les courants et éclosent au bout de 28 heures dans une eau à 23°C. Les larves mesurent 1,65 mm, se développent lentement. Elles se nourrissent de plancton au bout de quatre jours. Il faudra attendre une trentaine de jours pour que les juvéniles prennent une coloration proche de celle des adultes.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est présente de New York à Rio. Bien qu'elles ne soient pas notées comme en danger, les populations semblent avoir fortement régressé dans plusieurs régions.

Des documents attestent d'une pêche commerciale du rondeau mouton dans la baie de Chesapeake dès 1887, ce qui laisse à penser que l'espèce était courante dans cette région à cette époque. En Floride, les prises provenant des pêches commerciales et récréatives ont culminé autour de 2 540 tonnes en 1992. La pêche récréative regroupait 83% des captures. Des mesures prises en 1995 ont entraîné une baisse de 50% des prises dans tout l'Etat.

Entre le Honduras et Rio de Janeiro, les enregistrements sont plus sporadiques. On ignore à ce stade si cette faible abondance est naturelle. Cependant, des études semblent démontrer l'importance de l'espèce pour la bonne santé trophique des écosystèmes récifaux tropicaux.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    10 - 35 °C
  • Profondeur
    5 - 50 m
  • Courant
    Modéré

Présentation du biotope

On retrouve le plus souvent le rondeau mouton à une profondeur inférieure à 50 mètres. Il n’est cependant pas impossible de retrouver ce poisson à d’autres profondeurs. Les jeunes fréquentent principalement les herbiers marins et les eaux de très faible profondeur. Ils sont aussi communs dans les zones abondantes en huîtres.

Les adultes se rencontrent dans les zones rocheuses, les récifs et les herbiers plus profonds. Ils sont plus rarement repérés en eaux douces et saumâtres.

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

SPARIDAE - K.E. Carpenter - FAO Fisheries Synopsis - 0.

AGE AND GROWTH OF SHEEPSHEAD, ARCHOSARGUS PROBATOCEPHALUS (PISCES: SPARIDAE), FROM THE NORTHWEST COAST OF FLORIDA - Jynessa Dutka-Gianelli - Debra J. Murie - BULLETIN OF MARINE SCIENCE, - 2001.

Juvenile and adult food habits of Archosargus probatocephalus (Teleostei: Sparidae) in a tropical estuary of Veracruz - Manuel Castillo-Rivera - Rocío Zárate-Hernández - Isaías H. Salgado-Ugarte - Hidrobiológica - 2007.

POPULATION DYNAMICS OF SHEEPSHEAD (ARCHOSARGUS PROBATOCEPHALUS) WALBAUM 1792) IN THE CHESAPEAKE BAY REGION: A COMPARISON TO OTHER AREAS AND AN ASSESSMENT OF THEIR CURRENT STATUS - Joseph Charles Ballenger - ProQuest - 2011.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 30/06/2022
Jours
Heures
Min
Sec

Très bientôt... Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}