petite vive

Nom scientifique Echiichthys vipera
Descripteur Cuvier
Année description 1829
Statut IUCN NE
Genre Echiichthys
Famille Trachinidae
Echiichthys vipera Echiichthys vipera

Introduction

Echiichthys Vipera, plus communément appelée « vive » ou « petite vive », est un poisson marin originaire de la zone Atlantique. Ce petit prédateur benthique fréquente majoritairement les substrats sableux des eaux peu profondes. Son aire de répartition s'étend du nord des Îles Britanniques au bassin Méditerranéen en passant par la mer du Nord et les côtes Atlantique Française, Espagnole et Marocaine.

Dotée d'épines venimeuses douloureuses, cette espèce experte en camouflage est crainte des pêcheurs et baigneurs. Dans la majorité des cas, la victime pose accidentellement le pied sur l'animal enfouit dans le substrat. Discret, ce petit poisson affectionne particulièrement les eaux côtières pendant les mois les plus chauds, d'où sa présence plus fréquente en zone de baignade durant la période estivale.

Qui est-elle ?

Le genre Echiichthys

Le genre Echiichthys appartient à la famille des Trachinidae, il est monospécifique et ne contient que Echiichthys Vipera comme espèce. Néanmoins, le comportement et le mode de vie de cette dernière demeure très similaire aux espèces du genre Trachinus. La séparation de ces deux genres de Trachinidae est basée sur quelques différences morphologiques minimes.

Comment la reconnaître ?

  • Taille moyenne
    10 cm
  • Taille maximale
    16 cm
  • Longévité
    13 ans
  • Mimétisme
    Fond sableux
  • Motif
    tâches
  • Taille moyenne
    10 cm
  • Taille maximale
    16 cm
  • Longévité
    13 ans
  • Mimétisme
    Fond sableux
  • Motif
    tâches

Description

Le corps de la petite vive est allongé (oblong). Le dos est brun et jaune, tacheté de teintes marrons / noires. Elle est globalement plus pâle que la grande vive (Trachinus Draco). Les flancs sont lisses et de couleur blanche argentée.

La tête est dite comprimée avec deux yeux rapprochés et une grande bouche orientée vers le haut. La première dorsale est courte, noire et venimeuse tandis que la deuxième dorsale est longue. Une autre épine, non venimeuse et orientée vers l'arrière, est située au niveau de l'opercule branchial. Contrairement à la grande vive (Trachinus draco), il n'y a pas d'épine au-dessus des yeux.

Les adultes dépassent rarement les 16 cm. Quelques spécimens dépassant les 20 cm ont été répertoriées en Mer du Nord aux abords de la côte du Suffolk en Angleterre.

Différences entre mâles et femelles

Peu d'éléments distinguent mâles et femelles.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Oui
  • Venimeux
    Oui

La petite vive affectionne les eaux chaudes et superficielles et entreprend des migrations saisonnières à petite échelle, régies par le réchauffement des masses d'eau.

C'est un poisson territorial et solitaire qui réside naturellement sur le fond. Il utilise son arme venimeuse à vocation défensive et s'enfouit dans le sable en cas de danger, ne laissant dépasser que les yeux et la première épine dorsale.

Ce petit prédateur benthique adopte deux méthodes de chasse. De manière générale, la petite vive opère en embuscade enfouit dans le sable et, plus rarement, directement dans la colonne d'eau. D'après différentes études, cette espèce peut chasser de jour comme de nuit.

Le régime alimentaire est principalement composé de petits crustacés mobiles et de poissons tels que les gobies qui représentent son mets favori en mer du Nord. Certaine population se contente également de petits céphalopodes.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Non

La petite vive est un poisson ovipare qui pond en eau libre.

Espèce toxique au toucher

Cette espèce est très venimeuse et peut causer de graves accidents au toucher. La piqure de son épine dorsale provoque une vive douleur pouvant entraîner des nausées et la formation d'un œdème localisé.

Le venin étant thermolabile, l'application rapide d'eau chaude (environ 45 °C) est fortement recommandée pour éviter les complications. Le venin est considéré comme non mortel.

Que faire en cas de piqûre de petite vive ? ?

En cas de piqûre, il convient de respecter les règles suivantes, dans cet ordre :
- Isoler la victime du danger et la sortir rapidement de l'eau
- Prévenir les secours
- Allonger le sujet en position demi-assise et lui éviter tout effort
- Immobiliser le membre touché
- Nettoyer la plaie
- Le venin de cette espèce étant thermolabile, il peut être neutralisé s’il est soumis à une température d’environ 45°C. Il est donc possible de chauffer la plaie. Cette technique populaire est à pratiquer avec beaucoup de précautions pour ne pas aggraver la plaie en la brûlant. Il est conseillé de plonger le membre touché dans de l'eau chaude.
- Si la piqûre est trop profonde, chauffer la plaie sera moins efficace.

Parfois la piqûre peut provoquer un malaise voire une perte de connaissance chez la victime. Les piqûres sont généralement très douloureuses.

D'où vient-elle ?

Présence géographique & État des populations

La répartition géographique de la petite vive s'étend du nord des Iles Britanniques au bassin Méditerranéen en passant par la mer du Nord, la côte Atlantique Française, Espagnole et Marocaine. Elle est répertoriée également dans les Canaries.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Profondeur
    0 - 150 m
  • Courant
    Modéré et Lent

Présentation du biotope

On retrouve le plus souvent la petite vive à une profondeur inférieure à 150 m dans les masses d'eaux chaudes. Elle fréquente régulièrement les estuaires, tapie dans les substrats sablonneux et petits graviers.

Espèces du même biotope

Idées cadeaux

Voyager durable et écologique

S'immerger dans le milieu

Apprendre en s'amusant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Aurélien Calas

Aurélien Calas

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

The venoms of the lesser (Echiichthys vipera) and greater (Trachinus draco) weever fish– A review - Myriam Fezai - Mohamed Jemaà - Lucy M. Gorman - Sarah J. Judge - John B. Harris - Gary S. Caldwel - Elsevier Ltd - 2020.

Le règne animal - Georges Cuvier - Organisation Cuvier - 1816.

Seasonal and age-related migrations in the unexpectedly long-lived benthic fish the lesser weever, Echiichthys vipera (Cuvier, 1829) - Scott, A L - Henderson, P A. - Journal of the Marine Biological Association of the UK - 2016.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 24/07/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}