crénilabre à cinq tâches

Nom scientifique Symphodus roissali
Type Labre
Descripteur Risso
Année description 1810
Statut IUCN LC
Genre Symphodus
Symphodus roissali Symphodus roissali

Espèces de la même famille

  • coris clown

    Coris aygula

  • Poisson Napoléon

    Cheilinus undulatus

  • labre nain à six bandes

    Pseudocheilinus hexataenia

  • labre à trois queues

    Cheilinus trilobatus

  • labre à lignes bleues

    Stethojulis albovittata

  • girelle commune

    Coris julis

  • girelle paon de Hardwicke

    Thalassoma hardwicke

  • labre oiseau

    Gomphosus caeruleus

Proches congénères

  • crénilabre cendré

    Symphodus cinereus

  • crénilabre ocellé

    Symphodus ocellatus

  • crénilabre paon

    Symphodus tinca

  • sublet

    Symphodus rostratus

Partenariats

Espèces du même biotope

  • crénilabre méditerranéen

    Symphodus mediterraneus

  • crénilabre cendré

    Symphodus cinereus

  • mérou

    Epinephelus marginatus

  • badèche

    Epinephelus costae

  • crénilabre ocellé

    Symphodus ocellatus

  • girelle paon

    Thalassoma pavo

Introduction

Le labre à cinq tâche, Symphodus roissali, est un petit poisson de roche endémique à la zone méditerranéenne et à la façade tempérée de l'Atlantique est.

Comme les crénilabres cendrés et les crénilabres ocellés, les mâles sont connus pour la sophistication de leurs nids et pour leur rôle protecteur dans le processus de reproduction.

Qui est-il ?

Le genre Symphodus

Symphodus provient de la contraction des mots grecs "symphysis" et "odous". Le premier signifie "grandit ensemble", peut-être en référence à la cohabitation fréquente de plusieurs espèces. Le second renvoie à la dentition. Certaines espèces ont une mâchoire inférieure protubérante, ce qui pourrait expliquer cette allusion. La plupart des espèces de ce genre sont appelées "crénilabre", en référence à leurs grandes lèvres (labrus) et à la forme crénelée de leur opercule.

Ces poissons se rencontrent dans les zones rocheuses et les herbiers de l'océan Atlantique et en mer Méditerranée. Ce sont des chasseurs opportunistes qui se nourrissent de petits organismes marins, les plus grands chassent parfois les oursins. Plusieurs espèces sont fréquemment observées derrière les rougets et autres poissons remuant le fond. Les associations opportunistes semblent courantes chez ces poissons d'ordinaire sociable.

Comme chez les autres labres, ils sont caractérisés par leur faculté à changer de sexe. Toutes les espèces ont des œufs démersaux. Chez beaucoup d'espèces, le mâle s'occupe de la progéniture après l'accouplement et réalise parfois un nid. De manière globale, la difficulté de reproduction pourrait entraîner le changement de sexe, du mâle vers la femelle.

Le dimorphisme est important chez la plupart des espèces, aussi bien en terme de taille que de couleurs.

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    12 cm
  • Taille maximale
    17 cm
  • Forme
    rectangulaire
  • Motif
    marbrures
  • Taille moyenne
    12 cm
  • Taille maximale
    17 cm
  • Forme
    rectangulaire
  • Motif
    marbrures

Description

Le corps est comprimé de couleur beige avec de larges marbrures brunes, au nombre de cinq comme son nom l'indique.

Il possède également des reflets dorés. La teinte peut varier en fonction du substrat et de l'état de stress. De manière globale, le motif et le mélange de couleurs assurent à cette espèce un camouflage optimal dans les fonds sableux avec des grandes concentrations d'algues et dans les herbiers.

Différences entre mâles et femelles

En période de frais, l'appendice génital de la femelle est bleu foncé. Les couleurs des mâles sont plus vives lors des parades.

Les mâles grandissent plus vites que les femelles et sont de taille plus imposantes.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en groupe ou solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Oui
  • Venimeux
    Non

Comme la plupart des crénilabres, les juvéniles vivent à faible profondeur dans les herbiers et les zones rocheuses, souvent en compagnie d'espèces proches.

Les adultes se rencontrent dans les algues et zones mixtes entre herbiers et fonds rocheux, parfois dans les herbiers. Ces poissons sont assez farouches et plus difficiles à observer que le crénilabre paon ou le crénilabre cendré.

Les mâles sont territoriaux en période de reproduction. Femelles et mâles dominés peuvent vivre en groupes éparses. Le régime classique est composé de bryozoaires, d'hydroïdes, de tubicoles, de vers, de crevettes, d'amphipodes et de mollusques.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Hermaphrodite
    protogyne
  • Polygamie
    Non
  • Protection de la ponte
    Oui

La reproduction a lieu du printemps jusqu'au début de l'été. Le mâle dominant prépare un nid d'algues de type Cystoseria

Une fois le nid constitué, il y attire une ou plusieurs femelles par l'intermédiaire de parades. Une fois la ponte effectuée, le mâle féconde les œufs et commence à protéger sa progéniture. La femelle ne reste pas après le frais et ne se préoccupe pas des œufs .

Pendant cette période, les mâles sont particulièrement virulents contre les autres mâles de la même espèce. Joutes et parades d'intimidation sont fréquentes. Il est possible que des "mâles satellites", qui se font passer pour des femelles, participent aux fécondations en réalisant des éjaculations éclaires au dessus du nid mais ce comportement reste à confirmer.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Il est surtout présent en mer Méditerranée et en mer Noire mais on peut également le rencontrer sur les côtes atlantiques proches du delta de Gibraltar.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    16 - 28 °C
  • Profondeur
    0 - 30 m

Présentation du biotope

Le crénilabre ocellé se rencontre généralement à moins de 30 mètres, dans la plupart des zones rocheuses et des herbiers. Les mâles matures sont présents sur les platiers où ils réalisent leurs nids.

Espèces du même biotope

  • crénilabre méditerranéen

    Symphodus mediterraneus

  • crénilabre cendré

    Symphodus cinereus

  • mérou

    Epinephelus marginatus

  • badèche

    Epinephelus costae

  • crénilabre ocellé

    Symphodus ocellatus

  • girelle paon

    Thalassoma pavo

Maintenance en captivité

Non recommandée

Nous déconseillons la maintenance de cette espèce en aquarium. Cette dernière a des besoins impondérables qui, non respectés, engendrent un stress important pouvant mener à la diminution de son espérance de vie, à l'arrêt de sa croissance ou au développement de pathogènes.

Idées cadeaux

Apprendre en s'amusant

Observer en experminentant

Découvrir en bouquinant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

  • coris clown

    Coris aygula

  • Poisson Napoléon

    Cheilinus undulatus

  • labre nain à six bandes

    Pseudocheilinus hexataenia

  • labre à trois queues

    Cheilinus trilobatus

  • labre à lignes bleues

    Stethojulis albovittata

  • girelle commune

    Coris julis

  • girelle paon de Hardwicke

    Thalassoma hardwicke

  • labre oiseau

    Gomphosus caeruleus

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 27/02/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}