requin-marteau Halicorne

Le requin-marteau Halicorne

Fiche poisson, dernière mise à jour : 12/06/2019

Introduction

Sphyrna lewini est un requin-marteau semi-océanique présent à toutes les profondeurs des zones tropicales et tempérées du monde. Malgré sa grande répartition géographique, cette espèce est aujourd'hui menacée.

Qui est-il?

Informations scientifiques

Spécificités des espèces du genre Sphyrna

En 2019, le genre Sphyrna regroupe 9 des 10 espèces de requin-marteau connues à ce jour. Il fait partie de l'ordre des Carchariformes qui regroupe la plupart des espèces de requins, dont le requin-tigre, le grand requin blanc, le requin longimane ou encore la roussette.

Les requins-marteaux sont caractérisés par un corps allongé et une tête large et aplatie. Contrairement à la plus part des requins, qui ont un museau pointu, les requins-marteaux ont un museau très large portant les yeux a chaque extrémité. Cette morphologie permet une meilleur portance dans l'eau et constitue un outil de chasse particulièrement efficace.

A l'avant de la tête se trouvent les ampoules de Lorenzini, propre aux requins, raies et chimères. Elles permettent la détection des champs électriques dans l'eau. Ainsi, les poissons ensablés ou caché sous des pierres sont aisément repérés.

Quelques accidents / attaques ont déjà été recensées avec des requins-marteaux mais elles restent extrêmement rares.

Caractéristiques principales de l'espèce Sphyrna lewini

  • Taille
    entre 300 et 610 cm
  • Forme
    rectangulaire
  • Motif
    rayures verticales
  • Mimétisme
    Aucun

Comment me reconnaître ?

Le requin marteau Halicorne est facilement reconnaissable à sa large tête plate incurvée et aux extrémités noires des nageoires pectorales. La nageoire dorsale est moyennement haute, le corps est élancé, le dos gris et le ventre blanc.

 

Il possède, comme la plupart des requins, 5 paires de fentes branchiales. La nageoire caudale est hétérocerque, la partie inférieure étant plus courte que la partie supérieure. On retrouve sur cette dernière une encoche prononcée.

Dimorphisme & Dichromatisme

Les mâles requins comme les raies, possèdent une paire de pterygopodes. Ce sont des appendices issus de la modification des nageoires pelviennes qui permettent la transmission du sperme jusqu'au cloaque de la femelle. Les mâles ne peuvent en utiliser qu'un seul à la fois.

Comportement

  • Sociabilité adulte
    Non renseigné
  • Mode de vie
    Diurne
  • Territorial
    Non
  • Type de nage
    Non renseigné

Le requin-marteau Halicorne, vivant en solitaire, en couple ou en petit groupe, se déplace aussi bien dans les zones océaniques que côtières. Bien que des populations sédentaires existent, il s'agit principalement d'une espèce pélagique. Les juvéniles sont souvent observés migrants en grands bancs dans les zones côtières.

Ce prédateur se nourrit de poissons, céphalopodes et crustacés. Sa tête large et aplatie lui permet d'effectuer des virages plus serrés que les autres requins, ce qui confère un avantage considérable lors de ses traques.

Bien que considéré comme dangereux, il s'attaque rarement à l'homme. Il peut se montrer agressif envers les plongeurs trop insistants ainsi qu'envers les pêcheurs.

Mode de reproduction

Ce poisson est un ovovivipare qui se reproduit en couple à une taille d'environ 1m50 pour les mâles et 2m pour les femelles.

Après 9 à 10 mois de gestation, cette espèce peut faire naître de 12 à 41 juvéniles. A leur sortie, les jeunes mesurent autour de 50 cm.

D'où vient-il?

Carte de répartition

Menaces mondiales sur les populations de requin

Malgré leur réputation de mangeurs d'hommes, on dénombre seulement 5 attaques mortelles par an en moyenne, pour 100 millions de requins tués. Aujourd'hui, dans le monde, on estime que 3 requins meurent par seconde.

Les requins se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire, leur disparition pourrait engendrer des bouleversements écologiques majeurs. Leurs régimes alimentaires étant très diversifiés d’une espèce à l’autre, ils ont un rôle de régulateur sur les populations animales aquatiques. Leur disparition provoquerait le déséquilibre des réseaux trophiques auxquels ils appartiennent.

Il devient primordial de préserver ces équilibres en appliquant des mesures de protection. Les principales causes de la disparition des requins sont :
- la pêche intensive
- la pollution croissante des océans
- la dégradation des habitats (due notamment au chalutage de fond)

Leur faible fécondité et leur maturité sexuelle tardive rendent ces espèces extrêmement vulnérables. Les requins sont souvent péchés uniquement pour leurs ailerons très appréciés dans les marchés d’Asie du Sud-Est. Depuis quelques années, on observe une diminution de la taille des prises, les requins sont péchés alors qu’ils n’ont pas encore atteint leur maturité sexuelle. Certaines espèces ont vu leur population chuter de façon drastique. Dans le golphe du Mexique, par exemple, la population de Carcharhinus longimanus (requin longimane) a diminué de 99 % en seulement 50 ans. Depuis la fin des années 80, il y a eu une prise de conscience sur la situation alarmante des requins.

En 1996, l’IUCN (International Union for Conservation of Nature) publie une nouvelle liste rouge. Sur les 64 espèces de raies et requins étudiées, les scientifiques ont établi que 32 % de ces dernières étaient directement menacées d’extinction. Malgré l'urgence, les premières mesures de protection n’ont réellement mises en place qu'au début des années 2000. Ainsi en 2003, le Conseil de l'Union européenne intente une action afin d’interdire le finning qui consiste à retirer toutes les nageoires du requin (dorsales, pectorales, pelviennes, caudales) alors qu’il est encore vivant et de le relâcher à la mer où ce dernier finira par mourir d’asphyxie au fond. Pour pouvoir pêcher les requins, les navires de l’UE doivent alors avoir des dérogations. Pour l’obtenir les pêcheurs doivent justifier de la nécessité de découpe des ailerons ainsi que de l’utilisation de toute partie du requin. Cette action est suivie par une partie de l’UE comme l’Allemagne et le Royaume-Uni qui n’octroient plus aucun permis de pêche.

En revanche, certains pays trouvent les failles de cette législation. Ainsi, l’Espagne a octroyé aux 2/3 de sa flotte de palangriers l’autorisation de pêcher les requins. En 2006, est fondée la Shark Alliance, organisation non-gouvernementale regroupant 60 ONG luttant en faveur de la protection des requins. L'IUCN a également mis en place un groupe de recherche dédié aux requins : l'IUCNSSG.

La Méditerranée détenait en 2007, selon l’ IUCN, le triste record du nombre de poissons cartilagineux menacés d’extinction avec 42 % des espèces de raies et requins en voie d’extinction. Ceci est sans doute dû à l’utilisation de filets dérivants malgré leur interdiction voté en 1992 par l’Union européenne et les Nations unies. En 2009, les Nation Unies mettent en place en « plan d’action en faveur des requins », les pêcheurs devront respecter les quotas et tenir un registre des captures. Depuis 30 ans, nombre d'études ont été réalisées sur les populations de requin et toutes sont unanimes, il est indispensable de préserver des populations suffisantes de ces supers prédateurs pour garantir la bonne santé des océans.

Statut de conservation IUCN

En Savoir Plus

Une espèce est déclarée menacée si elle répond à des critères précis (disparition de l'habitat, déclin important de sa population, érosion génétique, chasse ou pêche trop intensive etc.).

Quel est son écosystème?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Pronfondeur
    0 - 512 m
  • KH
    7 - 12
  • Courant
    Faible - Moyen

Présentation du biotope

On retrouve le plus souvent le requin-marteau Halicorne à une profondeur inférieure à 275 m. Il a cependant été filmé par une caméra munie d'un appât à 512m.

Poisson potentiellement mortel

Cette espèce est munie d'une importante dentition et peut mordre si elle se sent menacée. Il est important d'être particulièrement vigilant en particulier lors de plongées ou de sessions de pêche.

Maintenance en aquarium

Non recommandée

Cette espèce n'a bien évidemment pas sa place dans un aquarium, quelqu'en soit la taille. Des essais plus ou moins-concluants ont été effectués dans des grands aquariums. La captivité de l'animal a le plus souvent aboutit à une dégradation rapide de son état, et à sa mort.

Littérature associée à l'espèce

Pour aller plus loin

En apprendre plus sur la toile

Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

  • Adrien Falzon

    Activité : Responsable de l unité du vivant à la Cité des Sciences et de l’Industrie

    Spécialité : Aquariologiste

Benoit Chartrer

  • Benoit Chartrer

    Activité : Concepteur Fishipedia, développeur Web

    Spécialité : Poissons d'eau douce, Mata Atlantica, photographies en milieu naturel

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia / Encycloweb - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247

  • {{name}}
    {{getFormatDistance}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}
    {{/route}} {{postal_code}} {{town}}