tête de renard

Nom scientifique Siganus vulpinus
Statut IUCN LC
Famille Siganidae
Genre Siganus
Siganus vulpinus Siganus vulpinus

Introduction

Siganus vulpinus, plus communément appelé tête de renard, est un poisson marin originaire du Pacifique occidental. Il est répertorié de l'Indonésie jusqu'à Kiribati.

Qui est-il ?

Le genre Siganus

Les espèces du genre Siganus, aussi appelées poissons-lapin, font partie de la famille des Siganidae. Cette appellation provient de certaines similitudes avec leur homonyme terrestre, notamment au niveau du nez et de leur capacité à brouter. Le genre totalise 29 espèces en 2022. Ils sont originaires du bassin Indo-Pacifique, de la Polynésie française jusqu'en Mer Rouge. Ils sont aussi, pour certains, présents en mer Méditerranée où ils sont catégorisés comme invasifs.

Ces poissons tropicaux sont herbivores et vivent dans les eaux superficielles littorales à fond rocheux et à proximité des récifs coralliens. Sur la base de leur morphologie et de leur écologie, le genre Siganus fut séparé en deux "groupes" : ceux qui sont de couleur terne, fusiformes et vivant en bancs à proximité des herbiers marins et macro-algues, et ceux de couleur vive, associés aux récifs et se déplaçant en plus petit nombre. On peut retrouver certaines espèces dans les eaux saumâtres des lagunes et estuaires.

Les espèces du genre mesurent entre 20 et 45 cm, le corps est ovale et comprimé latéralement. La bouche est petite, certains disposent d'un museau allongé. Il existe un large panel de motifs et de couleur au sein du genre qui peut varier considérablement dans une situation de stress ou la nuit. Chaque nageoire est ornée d'épines reliées à des glandes à venin. La particularité des Siganidae réside dans le nombre d'épines et de rayons mous, respectivement 2 et 3, au niveau de la nageoire pelvienne.

Les poissons du genre Siganus présentent une relation entre la reproduction et les changements environnementaux induits par la lune. Le frai a lieu une fois par mois, autour d'une phase lunaire spécifique à l'espèce. Les œufs et les larves sont pélagiques et le temps d'incubation avoisine les 4 jours.

 

Morphologie

Comment reconnaître le tête de renard ?

Cette espèce mesure entre 20 et 25 cm. Elle est reconnaissable à son corps tricolore. Une première tache noire est présente du museau à l'arrière de l'œil, une seconde triangulaire est observable à l'avant des nageoires pectorales. Mis à part ses taches, l'avant du corps est blanc. Les flancs et la nageoire caudale sont jaune fluo.

S. vulpinus est parfois confondu avec S. unimaculatus, ce dernier diffère par la présence une tache noire sur chaque flanc, sous les rayons dorsaux mous.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en couple ou solitaire
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Diurne

Les juvéniles et jeunes adultes sont souvent observés en grand banc parmi les coraux du genre Acropora. Les adultes évoluent généralement à travers les récifs en couple ou en solitaire. Certains individus peuvent montrer des signes légers de territorialité.

Ces poissons se nourrissent d'algues recouvrant les coraux.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non

Le tête de renard est un poisson dont le mode de reproduction est encore mal connu.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de grand danger pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel. Cependant, il est capable d'infliger des piqûres douloureuses en cas de manipulation.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est répertoriée en Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Guinée, en Indonésie, aux Philippines occidentales et dans un grand nombre d'îles du Pacifique.

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    25 - 29 °C
  • Profondeur
    1 - 30 m

Présentation du biotope

On retrouve le plus souvent le tête de renard à une profondeur inférieure à 30 mètres. Cette espèce réside dans les zones riches en coraux des lagons et à proximité des récifs extérieurs.

Espèces du même biotope

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    300 litres
  • Population min
    1
  • Température
    25 - 29 °C
  • pH (acidité)
    8.2 - 8.4

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    modéré
  • Robustesse
    sensible
  • Comportement
    peu agressif
  • Disponibilité
    courant

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

La réalisation d'un aquarium eau de mer requiert certaines connaissances au préalable.

L'eau de mer est généralement synthétique, constituée d'eau osmosée et de sel synthétique à hauteur de 33g/litres. Il est également possible de prélever de l'eau de mer directement (après s'être assuré que l'eau ne soit pas polluée).

La mise en fonctionnement d'un aquarium d'eau de mer se fait en trois phases : la mise en place d'un décor en pierre vivante, l'introduction des invertébrés un mois plus tard, et l'introduction des poissons 3 mois plus tard. Il est primordial d'attendre le plus longtemps possible avant d'introduire les animaux afin que la micro-faune ait eu le temps de bien se développer. L'équilibre et la stabilité physico-chimique sont fondamentaux pour la réussite de ce type de bac.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à condition de bien se renseigner sur ses besoins en aquarium. Les éventuels cohabitants doivent être choisis avec soin pour éviter la perte d'animaux. Cet animal est un peu plus sensible que d'autres aux influences de son environnement et à la qualité de l'eau.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

Le tête de renard est une espèce marine qui vit naturellement à une température comprise entre 25 °C et 29 °C. Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 32°C sur de longues périodes. Le tête de renard est sensible aux changements brutaux de paramètres ainsi qu'aux produits chimiques. Son acclimatation en aquarium doit être réalisée avec un soin tout particulier pour éviter qu'il ne développe des maladies ou des faiblesses. La teneur en nitrates devrait rester inférieure à 25mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau. En eau de mer, il est également possible d'éliminer les nitrates en utilisant l'une des méthodes suivantes : Jaubert, denitrateur sur souffre, biopeletts, méthode vodka.

Cohabitation & Environnement

Dans un contexte d'aquarium communautaire, il convient de maintenir cette espèce dans un volume minimum de 300 litres.

Conseils pour l'alimentation

Le tête de renard est alguivore. Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Il convient de ne pas trop nourrir vos pensionnaires pour éviter de polluer l'eau. Pour la plupart des espèces, il est préférable de donner quelques petites portions chaque jour plutôt qu'un unique repas trop copieux.

Protocole de reproduction

  • Protection de la ponte
    Non

Risques d'hybridation

De manière générale, il est conseillé de ne pas mélanger plusieurs espèces d'un même genre ou différentes variétés d'une même espèce pour éviter les risques d'hybridation.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Adrien Falzon

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 02/10/2022
Jours
Heures
Min
Sec

Très bientôt... Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}