labre à trois queues

Nom scientifique Cheilinus trilobatus
Type Mérou
Descripteur Lacepède
Année description 1801
Statut IUCN LC
Genre Cheilinus
Cheilinus trilobatus Cheilinus trilobatus

Introduction

Le Cheilinus trilobatus, plus communément appelé labre à trois queues, est un poisson de récif présent dans une large partie de la zone Indo-Pacifique. Malgré ces 45 cm à l'âge adulte, ce poisson solitaire timide est difficile à observer de près.

Qui est-il ?

Le genre Cheilinus

Ces poissons font partie des Labridae, plus communément appelés labres. Une étude phylogénétique a montré deux groupes parmi la tribu Cheilinini à laquelle appartient le genre Cheilinus. Ces derniers sont proches des Doratonotus, Epibulus, Oxycheilinus et des Wetmorella. La plupart des espèces du genre Oxycheilinus étaient initialement classées parmi les Cheilinus. En 2020, on compte officiellement 7 espèces décrites.

Toutes les espèces sont considérées comme des prédateurs des récifs coralliens. Les plus grandes, dont le poisson Napoléon, sont haut placés dans la chaîne alimentaire. Diurnes et territoriaux, ces poissons sont facilement attrapés par les pêcheurs et les chasseurs sous-marins. Toutes les grandes espèces du genre sont en danger d'extinction.

Le corps est moyennement comprimé, d'une taille égale ou supérieure à la longueur de la tête. Le motif de couleur contient souvent des barres verticales distinctes ou marbrées, ou des taches claires dispersées. En dehors d'autres espèces de labres, ces poissons peuvent être confondus avec des poissons-perroquets, comme les Calotomus, les Cetoscarus ou les Scarus.

Ces poissons ovipares forment des paires distinctes pour la reproduction. De plus, ils sont protogynes, tous naissent femelle et certains individus deviennent mâle. Tout au long de leur croissance, les jeunes poissons changent de couleurs, et parfois de motifs.

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    35 cm
  • Taille maximale
    45 cm
  • Motif
    rayures horizontales
  • Taille moyenne
    35 cm
  • Taille maximale
    45 cm
  • Motif
    rayures horizontales

Description

La couleur et les motifs évoluent tout au long de la croissance. Comme cette espèce change de sexe au cours de son développement, les subadultes sont tous femelles. La plupart des descriptions d'individus correspondent à des individus adultes, et donc à des mâles.

Les juvéniles et subadultes en première phase sont, le plus souvent, beige foncé avec quatre larges bandes verticales plus foncées. La première bande est située à la base de la nageoire dorsale et la dernière sur le pédoncule caudal.

Les nageoires : La dorsale contient 9 épines et 10 rayons mous. Les nageoires dorsales, anale et pelvienne sont jaunâtre à vertes, avec des stries rouges et un liseré en dégradé de même couleur. La nageoire caudale est verdâtre avec une marge rouge. Elle est trilobée et le pédoncule caudal est barré d'une large bande noire entourée d'une bande blanche.

Il se distingue du C. chlorurus par le nombre d'épines présentes sur la nageoire dorsale par la présence d'une tâche bleuâtre sur le flanc. Les grands individus peuvent facilement être différenciés de C. fasciatus et de C. quinquecinctus qui possèdent une large tache rouge-orangée à l'avant des flancs.

Différences entre mâles et femelles

Les mâles sont de fait plus grands que les femelles. Avec le temps, les bande ont tendance à s'estomper et peuvent même n'être visibles que sur la nageoire dorsale chez les vieux individus.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en couple ou solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Oui
  • Venimeux
    Non

Adulte, ce poisson est, le plus souvent, observé en solitaire. Il est capable de changer de couleur pour se camoufler dans le décor. Chasseur diurne, il se réfugie dans les grottes et anfractuosité des récifs la nuit tombée. Les jeunes vivent dans les zones d'herbier ainsi que dans les zones riches en coraux urticants, dans les récifs des lagunes peu profondes. Il est territorial et se nourrit principalement de proies à carapace dure, comme les mollusques, les oursins et les crustacés. Les grands individus peuvent chasser quelques poissons des récifs par opportunisme.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Hermaphrodite
    protogyne
  • Protection de la ponte
    Non

Le labre à trois queues est un poisson ovipare qui fraye en couple en eau libre. Comme les autres espèces de son genre, l'individu nait toujours femelle. En grandissant, il va changer de sexe pour devenir mâle, c'est ce que l'on appelle un hermaphrodisme successif de type protogyne. La plupart des petits adultes observés sont donc des femelles.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    25 - 30 °C
  • Profondeur
    1 - 30 m

Présentation du biotope

Le labre à trois queues est un habitant assez commun des récifs peu profonds, généralement à moins de 20 mètres de profondeur. Les plus grands individus peuvent être observés dans des eaux plus profondes.

Espèces du même biotope

Maintenance en captivité

Non recommandée

Nous déconseillons la maintenance de cette espèce en aquarium à cause de son mode de vie, son régime alimentaire et / ou sa taille. Ce poisson a des besoins impondérables qui, non respectés, engendrent un stress important pouvant mener à la diminution de son espérance de vie, à l'arrêt de sa croissance ou au développement de pathogènes.

À noter également, il existe souvent des différences de comportements notoires entre les juvéniles et les adultes qui doivent être connues avant l'acquisition d'une espèce.

Idées cadeaux

Voyager durable et écologique

S'immerger dans le milieu

Apprendre en s'amusant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Adrien Falzon

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Julie Magnus

Julie Magnus

Références bibliographiques

LABRIDAE - FAO Fisheries Synopsis - 1998.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 31/07/2021

Partenariats

Espèces de la même famille

Proches congénères

Espèces du même biotope

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}