raie à queue courte

Nom scientifique Bathytoshia brevicaudata
Type raie
Descripteur Hutton
Année description 1875
Statut IUCN LC
Genre Bathytoshia
Bathytoshia brevicaudata Bathytoshia brevicaudata

Introduction

La raie pastenague à queue courte est la plus grande des pastenagues. Les plus grands individus mesurent 3,4 mètres pour 350 kg.

Cette espèce vit dans les eaux tempérées de l'Afrique Sud, du sud de l'Australie à la Nouvelle-Zélande.

Qui est-elle ?

Le genre Bathytoshia

Les espèces de ce genre appartenaient initialement au genre Dasyatis. Comme ces dernières, elles appartiennent à la famille des Dasyatidae communément appelées raies pastenagues.

Comme chez les autres raies, le corps est plat et des stigmates sont visibles sur la partie dorsale. Ces petits trous forment un système de respiration alternatif utilisé pour aspirer l'eau qui est ensuite rejetée par les fentes branchiales en partie ventrale. De cette manière, les raies n'aspirent pas de sable lors de l'inspiration.

En 2020, ce genre comprend trois raies géantes, avec la plus grande qui peut atteindre plus de 4 mètres. Toutes possèdent une longue queue dotée d'un aiguillon venimeux. Les raies n'hésitent pas à planter ce dernier lorsqu'elles ressentent une menace. L'aiguillon repousse. Il est naturellement remplacé tous les 8 à 12 mois. Lorsque ce dernier tombe, il reste dangereux par sa forme effilée et pointue et par la présence de denticules rétrogrades qui peuvent percer la peau à la manière d'un harpon.

Au moment où l'aiguillon se plante dans les tissus d'une victime, le tégument qui l'entoure est rompu, ce qui provoque la libération du venin. Ce dernier est produit dans deux glandes sont situées à la base de la queue.

Malgré leurs grandes tailles, les Bathytoshia se rencontrent à proximité des côtes, dans des eaux peu profondes. Elles passent une partie de leur journée enfouie dans le sable et la boue aussi bien pour échapper à d'éventuels prédateurs que pour capturer les proies environnantes. Elles sont ovovivipares et donnent donc naissance directement à des poissons totalement formés.

Il convient d'être très prudent à proximité d'une raie de ce type. La piqûre est douloureuse et le venin puissant peut provoquer des réactions traumatiques.

Le venin des raies est thermolabile, c'est-à-dire qu'il est détruit par la chaleur. Pour plus d'informations, voir notre section "Quoi faire en cas de piqûre ?".

Comment la reconnaître ?

  • Taille moyenne
    125 cm
  • Taille maximale
    430 cm
  • Forme
    ronde
  • Taille moyenne
    125 cm
  • Taille maximale
    430 cm
  • Forme
    ronde

Description

Cette raie immense est de couleur uniforme gris foncé-marron. Le corps est marqué par des touches plus sombres au bout de la queue et au-dessus de ses yeux.

Elle possède aussi une ligne irrégulière de tâches blanches à la base de ses nageoires pectorales. Le ventre est blanc et la queue courte. Cette dernière est plus petite que la largeur du disque.

Elle n'a pas de protubérances épineuses sur son dos, ce qui lui vaut en anglais le nom de "smooth stingray".

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Non
  • Venimeux
    Oui

Cette espèce suit un mode de vie solitaire, mais des groupements peuvent se former dans les zones sableuses propices. Elle fréquente les fonds sableux côtiers et les estuaires.

Elle se nourrit de poissons crustacés et bivalves qui vivent sur le fond.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Non

Lors de la période de reproduction, des couples distincts se forment. Pendant la parade, le mâle va s'accrocher à la nageoire pectorale de la femelle pendant plusieurs heures, alors qu'elle nage.

Ensuite, il passe sous la femelle et insère un ptérygopode dans le cloaque de la femelle. Il remue ensuite sa queue d'un côté puis de l'autre pour faire bouger le ptérygopode d'avant en arrière.

L'espèce est ovovivipare et peut avoir de 6 à 10 petits par portée. Les nouveaux nés mesurent environ 36 cm à la naissance.

Espèce potentiellement mortelle

Si on s'approche trop d'elle, elle a tendance à remonter sa queue tel un scorpion.

Bien qu'elle soit peu agressive, cette espèce est très venimeuse et peut causer de graves accidents au toucher. Dans les cas les plus graves, elle peut engendrer la mort.

En plus du venin, ce sont les lésions créées par le dard en forme de harpon qui peuvent être fatales. Celui-ci peut se planter dans l'abdomen, la poitrine, voire directement dans le cœur. Des décès ont déjà été constatés de cette manière.

Que faire en cas de piqûre de raie à queue courte ? ?

En cas de piqûre, il convient de respecter les règles suivantes, dans cet ordre :
- Isoler la victime du danger et la sortir rapidement de l'eau
- Prévenir les secours
- Allonger le sujet en position demi-assise et lui éviter tout effort
- Immobiliser le membre touché
- Nettoyer la plaie
- Le venin de cette espèce étant thermolabile, il peut être neutralisé s’il est soumis à une température d’environ 45°C. Il est donc possible de chauffer la plaie. Cette technique populaire est à pratiquer avec beaucoup de précautions pour ne pas aggraver la plaie en la brûlant. Il est conseillé de plonger le membre touché dans de l'eau chaude.
- Si la piqûre est trop profonde, chauffer la plaie sera moins efficace.

Parfois la piqûre peut provoquer un malaise voire une perte de connaissance chez la victime. Les piqûres sont généralement très douloureuses.

D'où vient-elle ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est protégée en Nouvelle-Zélande et dans certaines zones australiennes. Elle ne peut pas être pêchée à des fins commerciales, et en cas de capture accidentelle, elle doit être relâchée.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    10 - 27 °C
  • Profondeur
    0 - 476 m

Présentation du biotope

Cette espèce affectionne les fonds sableux à des profondeurs variables, d'eaux peu profondes jusqu'à 480 mètres.

Espèces du même biotope

Idées cadeaux

Voyager durable et écologique

S'immerger dans le milieu

Apprendre en s'amusant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Benoit Chartrer

Julie Magnus

Références bibliographiques

The Rays of the World project – an explanation of nomenclatural decisions - PETER R. LAST - MARCELO R. DE CARVALHO - SHANNON CORRIGAN - GAVIN J.P. NAYLOR - BERNARD SÉRET - LEI YANG - The Rays of the World project - 2016.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 14/06/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}