Grande roussette

Nom scientifique Scyliorhinus stellaris
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN NT
Famille Scyliorhinidae
Genre Scyliorhinus
Scyliorhinus stellaris Scyliorhinus stellaris

Introduction

La grande roussette est un requin commun que l'on retrouve dans la zone Atlantique froid Est, mais aussi dans la Manche, la mer du Nord et la mer Méditerranée.

Qui est-il ?

Le genre Scyliorhinus

Le genre Scyliorhinus fait partie de la famille des Scyliorhinidae. Il comprend 17 espèces de requins de petite taille allant de 32 centimètres pour Scyliorhinus torrei à 122 centimètres pour Scyliorhinus capensis.

Communément appelés "roussettes", ces poissons sont généralement de forme allongée avec une bouche en position infère, sous la tête du poisson. Le nom commun vient des tâches sur le corps semblable à des tâches de rousseur.

Les espèces du genre sont présentes sur l'ensemble des zones côtières tempérées et tropicales à des profondeurs allant de 1 à 780 mètres par exemple pour Sciliorhinus canicula. Les roussettes passent la journée posées sur le fond, camouflées dans les algues ou les fonds rocheux. Ce sont des prédateurs nocturnes qui se nourrissent de petits invertébrés (mollusques et crustacés), de céphalopodes, de vers polychètes et de petits poissons.

Les roussettes sont ovipares, les œufs sont encapsulés et possèdent des filaments plus ou moins grands à leurs extrémités permettant de se fixer dans le décor. 

Scyliorhinus vient du grec skylla signifiant requin et de rhinos le nez.

 

Morphologie

  • Type
  • Taille moyenne
    100 cm
  • Taille maximale
    200 cm
  • Longévité
    19 ans
  • Forme
    Rectangulaire
  • Motif
    ponctuations
  • Type
  • Taille moyenne
    100 cm
  • Taille maximale
    200 cm
  • Longévité
    19 ans
  • Forme
    Rectangulaire
  • Motif
    ponctuations

Comment reconnaître le Grande roussette ?

Ce poisson a la particularité de posséder plusieurs paires de barbillons qui lui permettent de fouiller le fond et de détecter les aliments ainsi déplacés.

Cette espèce de forme allongée est de couleur beige à marron ponctuée de petits et moyens points noirs. Les yeux sont en amande, la pupille est fendue. Cette particularité donne son nom commun anglais de "catshark" : requin-chat.

On observe des tâches plus sombres sur son dos. Le ventre est plus clair que le dos. Le museau est court et arrondi avec une bouche située ventralement.

Les nageoires sont de taille moyenne, la queue est hétérocerque et les ailerons dorsaux sont au nombre de deux. Le premier se situant au même niveau que les nageoires pelviennes et le second au niveau de la nageoire anale.

Bien que cette espèce puisse atteindre les 2 mètres, sa taille moyenne est d'un mètre.

Différences entre mâles et femelles

Comme chez tous les requins, les mâles possèdent des ptérygopodes. Il s'agit d'une modification des nageoires pelviennes permettant la transmission du sperme jusqu'au cloaque de la femelle.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Nocturne

Ce requin pacifique nocturne fréquente le plateau continental allant de la surface jusqu'à 125 mètres de profondeur. On suppose que cette espèce peut se retrouver à des profondeurs de 200 mètres. Cette espèce se nourrit de mollusques et de crustacés qu'elle chasse sur le fond durant la nuit.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non

Ovipare, la grande roussette pond jusqu'à cent oeufs par an. La maturité sexuelle est atteinte à une taille de 80 centimètres. L'oeuf, pouvant mesurer 12 centimètres de longueur pour 4 centimètres de large, est enfermé dans une capsule de kératine. La capsule est prolongée en ses quatre coins d'une structure torsadée permettant de rester accrocher à un support. La femelle effectue des cercles autour d'éléments, tels qu'une grognonne, un rocher ou une algue, afin que la capsule s'y fixe. Après une incubation pouvant varier de 4 à 9 mois en fonction de la température, les jeunes naissent à une taille de 16 centimètres.

Espèce inoffensive

  • Venimeux
    Non

Bien qu'inscrite parmi les espèces dangereuses, la grande roussette ne présente pas de danger pour l'Homme.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

La grande roussette, appréciée pour sa chair, est une espèce qui subit une pression importante de la pêche. Bien que la règlementation n'impose pas de taille de capture et l'espèce étant quasi menacée (selon IUCN), il est préférable de relâcher tout individu inférieur à 80 centimètres afin qu'il ait le temps de se reproduire.

État des stocks et pêche durable avec Ethic Ocean

Les connaissances sur les populations de requin et sur leur exploitation sont peu précises. Cependant, plusieurs indicateurs (baisse des captures, baisse des rendements) permettent de dresser un tableau assez sombre de l’état de leurs stocks, même si les situations varient d’une espèce à une autre... En apprendre plus

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Profondeur
    1 - 400 m

Présentation du biotope

La grande roussette vit sur des fonds divers entre 1 et 200 mètres de profondeur. Étant une espèce nocturne, on la retrouve le plus souvent posée sur le sable, la vase ou dans les algues durant la journée.

Espèces du même biotope

Maintenance en captivité

Non recommandée

Cette espèce n'a pas sa place dans un aquarium en dehors des grandes structures.

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Adrien Falzon

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Silvia Gomez

Silvia Gomez

Références bibliographiques

Contribution to the study of the morphology of theteeth of the nursehound Scyliorhinus stellaris(Chondrichthyes: Scyliorhinidae) - A. SOLDO - J. DULCˇIC ́ - P. CETINIC ́ - Scientia marina - 2000.

Diet- and tissue-specific incorporation of isotopes in the shark Scyliorhinus stellaris, a North Sea mesopredator - Stephane Caut - Michael J. Jowers - Loïc Michel - Gilles Lepoint - Aaron T. Fisk - 2nd Symposium on Mediterranean Groupers - 2013.

refuging behaviour in the nursehound scyliorhinus stellaris (chondrichthyes: elasmobranchii): preliminary evidence from acoustic telemetry - d.w. sims - e.j. southall - v.j. wearmouth - n. hutchinson - g.c. budd - d. morritt - Cambridge University Press - 2005.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 26/01/2022
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}