pléco

Nom scientifique Hypostomus plecostomus
Type Poisson-chat
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN NE
Genre Hypostomus
Hypostomus plecostomus Hypostomus plecostomus

Partenariats

Espèces de la même famille

Espèces du même biotope

Introduction

L'Hypostomus plecostomus, plus communément appelé « Pléco » ou « pléco commun », est un poisson-chat originaire du nord de l'Amérique du Sud. Il est répertorié dans un grand nombre de rivières côtières, dans le bassin du Suriname et dans l'Essequibo.

Rendu populaire chez les aquariophiles pour ses qualités de détritivore, il fait aujourd'hui partie des espèces phares du passe-temps et est parfois surnommé « poisson nettoyeur ».

Malheureusement, comme le poisson rouge, il est souvent maintenu dans des aquariums de trop petite taille. Les adultes, qui peuvent atteindre plus de 50 cm, sont parfois relâchés dans la nature. Dans de nombreux pays, l'espèce est devenue invasive à cause de ses pratiques et d'une aquaculture mal-maîtrisée.

Qui est-il ?

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    28 cm
  • Taille maximale
    50 cm
  • Longévité
    15 ans
  • Forme
    catfish
  • Motif
    ponctuations
  • Taille moyenne
    28 cm
  • Taille maximale
    50 cm
  • Longévité
    15 ans
  • Forme
    catfish
  • Motif
    ponctuations

Description

Comme chez ses congénères, le pléco est aplati ventralement. Il est couvert de plaques rugueuses et osseuses formant une armature solide. Il possède une épine dorsale et une épine anale. On dénombre sept rayons mous sur la dorsale. La surface inférieure de la tête et l'abdomen sont dépourvus d'écaille.

Ce poisson est encore sujet à de nombreux débats et son identification formelle d'autres espèces d'Hypostomus reste complexe. La première définition de l'espèce ne permettait pas de le séparer d'autres animaux morphologiquement très proches. Ainsi, il fut décrit comme ponctué de tâches inégales, arrondies et de couleur brune ou noire, avec un corps de couleur brun-orangé.

De fait, il fut également confondu avec des Pterygoplichthys, en particulier le P. etentaculatus. La distinction est cependant possible en comptant le nombre de rayons dorsaux : 10 chez les Pterygoplichthys contre moins de 8 chez les Hypostomus. Il est également souvent confondu avec le pléco royal, Glyptoperichthys gibbiceps.

De nombreuses sous-espèces de l'Hypostopus plecostomus ont peu à peu été considérées comme des espèces à part entière après des travaux approfondis (ex : H. watwata).

Différences entre mâles et femelles

Les femelles sont plus grandes et plus trapues tandis que les mâles possèdent des nageoires pectorales rosées plus développées.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    grégaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Oui
  • Venimeux
    Non

Le pléco vit naturellement en grands groupes, voire en banc, excepté pendant la période de reproduction. Contrairement à de nombreux congénères, il apprécie un large éventail de biotope et est fréquemment observé dans les zones de faible courant

C'est une espèce détritivore qui se nourrit généralement d'algue. Cependant, les grands individus peuvent capturer des micro-organismes ou des petits crustacés par opportunisme.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Oui

Après une parade agitée, la femelle dépose ses œufs dans une anfractuosité ou dans les racines. La garde et le soin est assuré soit par un parent, soit par le couple.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    20 - 28 °C
  • pH (acidité)
    6.2 - 8.2
  • gh (dureté)
    6 - 12
  • Courant
    Modéré, Lent et Stagnant

Présentation du biotope

Le pléco est commun dans les zones calmes des grands fleuves mais il est capable de s'adapter à de nombreux biotopes. Il est observé aussi bien dans des bras mots que dans des torrents.

Espèces du même biotope

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    600 litres
  • Population min
    1 individus
  • Température
    20 - 28°C
  • pH (acidité)
    6.8 - 7.2

Caractéristiques

  • Robustesse
    robuste
  • Disponibilité
    très courant
  • Difficulté d'élevage
    facile
  • Comportement
    peu agressif

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à tout amateur. Il est recommandé de suivre quelques règles de bases et d'être rigoureux pour réaliser une bonne maintenance.

Cette espèce est particulièrement répandue dans le commerce aquariophile. Les animaux issus d'élevage de longue date sont généralement acclimatés à une température avoisinant les 26°C dans une eau neutre.

Le pléco est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 20 °C et 28 °C. . Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 31°C sur de longues périodes. La teneur en Nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, il est recommandé d'effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Spécificités

Poisson à barbillons

Attention, ce poisson possède des barbillons qu'il utilise pour fouiller le fond. Il est nécessaire d'être particulièrement vigilant quant au choix du substrat. Un mauvais substrat entraînera la perte des barbillons et potentiellement des coupures qui pourraient s'infecter. En cas de quartz, vérifiez que les arêtes soit lisses et non coupantes (il existe du quartz arrondi spécifique). Si cela est possible, privilégiez du sable de Loire.

Cohabitation & Environnement

Le pléco pouvant atteindre jusqu'à 50 cm, nous recommandons la maintenance d'individus adultes dans un volume minimum de 600 litres. Mis à part l'espace nécessaire, ce poisson robuste s'adapte bien dans la plupart des bacs. La présence de grandes pierres formant des grottes / cachettes est une option intéressante. Vous pouvez ajouter de grandes racines et des plantes. Les plus grands mâles sont territoriaux. Si vous en maintenez plusieurs ensembles, il est possible qu'ils détruisent une partie du décor lors de leurs joutes.

Malgré sa taille, il ne présente pas de problème de cohabitation avec des petits poissons. Attention cependant à la maintenance des plus grands individus avec des petites crevettes. Ce détritivore aspire le fond de l'aquarium et pourrait les capturer. Mélanger plusieurs espèces vivant dans une même zone de vie est déconseillé si le volume n'est pas conséquent. Plus globalement, nous ne recommandons pas sa maintenance avec d'autres espèces de poissons-chats.

Conseils pour l'alimentation

Le pléco est un détritivore. Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l'eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Protocole de reproduction

La reproduction de l'espèce réelle Hypostomus plecostomus ne semble jamais avoir été réussi selon le site spécialisé planetcatfish.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Idées cadeaux

Apprendre en s'amusant

Observer en experminentant

Découvrir en bouquinant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

Où acheter ce poisson sur la toile ?

Articles qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

A new species of Hypostomus Lacépède, 1803 (Siluriformes: Loricariidae) from the upper rio Paraná basin, Southern Brazil - Fernando C. Jerep - Oscar A. Shibatta - Cláudio H. Zawadzki - Neotropical Ichthyology - 2007.

Reproductive plasticity of Hypostomus affinis (Siluriformes: Loricariidae) as a mechanism to adapt to a reservoir with poor habitat complexity - Silvana DuarteI - Francisco Gerson AraújoI - Nilo BazzoliII - Scielo - 2011.

Feeding ecology of Hypostomus punctatus Valenciennes, 1840 (Osteichthyes, Loricariidae) in a costal stream from Southeast Brazil - Mazzoni - Rezende - Manna LR. - Scielo - 2010.

Identity of Hypostomus plecostomus (Linnaeus, 1758), with an overview of Hypostomus species from the Guianas - Claude Weber - Raphaël Covain - Sonia Fisch-Muller - sfi-cybium - 2012.

Review of the genus Hypostomus Lacépède, 1803 from rio Ribeira de Iguape basin, with description of a new species (Pisces, Siluriformes, Loricariidae) - OSVALDO T. OYAKAWA - ALBERTO AKAMA - ANGELA M. ZANATA - ZOOTAXA - 2005.

The genus Hypostomus Lacepède, 1803, and its Surinam representatives (Siluriformes, loricariidae) - M Boeseman - naturalis - 1968.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Contenu publicitaire
Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 05/05/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}