poisson-clown à nageoires oranges

Nom scientifique Amphiprion chrysopterus
Descripteur Cuvier
Année description 1830
Statut IUCN NE
Famille Pomacentridae
Genre Amphiprion
Amphiprion chrysopterus Amphiprion chrysopterus

Introduction

Avec ses 17 centimètres à l'âge adulte, Amphiprion chrysopterus est le plus grand des poissons-clowns. Il vit dans les zones de récifs de l'Australie jusqu'aux îles Marshall.

Qui est-il ?

Le genre Amphiprion

Les poissons du genre Amphiprion sont communément appelés « poissons-clowns ». Ils appartiennent à la famille des pomacentridés, qui inclut également les poissons "demoiselles". Par plusieurs aspects, les poissons-clowns possèdent des ressemblances avec les cichlidés et les serranidés.

Les poissons-clowns ont commencé à briller dans le monde en 1881, lorsque les premiers spécimens ont été montrés au public dans un aquarium d'eau de mer. Depuis le milieu du XXe siècle, on sait que toutes les espèces de poissons-clowns vivent en symbiose avec l'anémone. Le développement de la plongée et de la science sous-marine a conduit à de nombreuses découvertes et de nouvelles espèces pourraient encore être décrites à l'avenir.

Les dessins animés « Le Monde de Némo », puis « Le Monde de Dory » ont assis la notoriété de ces espèces. Ils ont suscité un grand engouement dans le monde des aquariophiles.

Initialement non reproduites en captivité, certaines populations ont été surexploitées au cours des années 2000. Des populations ont parfois disparu localement comme à Cape Rochado en Malaisie. Mais des mesures de conservation, ainsi que le développement de la reproduction en captivité, ont permis d'améliorer cette situation.

En 2020, le genre Amphiprion comprend 29 espèces. Ces poissons doivent leur nom commun à leurs couleurs vives qui rappellent la peinture sur le visage des clowns de cirque. Morphologiquement, ils se distinguent les uns des autres par leur nombre de bandes sur le corps (de 0 à 3) et leur couleur (orange, jaune, rouge, ou noire).

Tous les poissons-clowns se rencontrent dans les eaux tropicales peu profondes des océans Indien et Pacifique, où leur mode de vie est intimement lié à leurs anémones hôtes. Ils sont territoriaux et s'éloignent rarement de l'anémone dans laquelle ils vivent. Sur environ 1 000 espèces d'anémones, seule une dizaine leur servent d'hôtes. Par conséquent, la distribution géographique des poissons-clowns est liée à celle de ces quelques espèces.

Dans les zones coralliennes les plus riches, on peut rencontrer jusqu'à 5 espèces de poissons-clowns pour autant d'anémones. Ces dernières se développent à faible profondeur, car elles-mêmes vivent en symbiose avec une algue microscopique qui a besoin de la lumière du soleil pour réaliser la photosynthèse. L'habitat est donc limité à une cinquantaine de mètres sous la surface et leur nombre décroit avec la profondeur et la turbidité de l'eau. Bien que généralement rencontrés dans les récifs coralliens, les poissons-clowns peuvent en réalité vivre partout où leurs anémones hôtes sont présentes.

Le fonctionnement de la relation entre le poisson-clown et l'anémone n'est pas encore totalement compris. Tout comme les méduses et les coraux, les anémones peuvent causer des brûlures, via les nématocystes urticants présents sur leurs tentacules venimeux. Les poissons-clowns semblent être immunisés. À ce jour, deux théories tentent d'expliquer ça.

L'hypothèse la plus probable est que la protection des poissons réside dans le mucus. À la suite d'une parade appropriée durant laquelle le poisson-clown évite d'être piqué, il s'enduit du mucus de l'anémone, ce qui lui confère un camouflage chimique. Les allers-retours incessants du poisson vers son hôte pourraient valider cette théorie. Une seconde théorie indique que la présence du mucus de l'anémone sur le poisson serait le résultat de la protection et non sa cause. Selon cette théorie, le mucus du poisson-clown a lui-même évolué pour être chimiquement compatible avec l'anémone.

Quelle que soit la théorie, il est établi que les poissons-clowns sont globalement immunisés par la couche de mucus qui recouvre leurs écailles. En échange de la protection des anémones contre les prédateurs, les poissons-clowns nettoient les tentacules de ces dernières, en ingérant les restes de leurs repas.

Comme chez les autres pomacentridés, les Amphiprion naissent toujours mâles. En grandissant, les individus changent de sexe pour devenir femelle. Les jeunes mâles se regroupent en banc et de celui-ci va émerger une femelle qui contraindra les autres individus à rester mâle.

Morphologie

  • Type
  • Taille moyenne
    15 cm
  • Taille maximale
    17 cm
  • Longévité
    25 ans
  • Forme
    Ovale
  • Motif
    rayures verticales
  • Type
  • Taille moyenne
    15 cm
  • Taille maximale
    17 cm
  • Longévité
    25 ans
  • Forme
    Ovale
  • Motif
    rayures verticales

Comment reconnaître le poisson-clown à nageoires oranges ?

Cette espèce possède deux bandes blanches verticales entourées d'un léger liseré noir sur les flancs. Les nageoires sont toutes de couleur orangée.

Différences entre mâles et femelles

Les femelles dominantes sont les plus grands individus chez les poissons-clowns.

Mode de vie & Comportement

  • régime
    omnivore à tendance carnivore
  • Sociabilité
    vivant en colonies
  • territorialité
    Oui
  • Mode de vie
    Diurne

Comme ses congénères, ce poisson-clown vit en osmose avec une anémone qu'il protège et qui lui fournit une protection en retour. Il a été observé avec les espèces suivantes Entacmaea quadricolor, Heteractis aurora, Heteractis crispa, Heteractis magnifica, Stichodactyla haddoni, et Stichodactyla mertensii. Ce poisson est omnivore, se nourrit aussi bien d'algues que de vers et de tuniciers pélagiques.

Dans plusieurs régions, il peut partager son anémone avec la demoiselle à trois points (Dascyllus trimaculatus). 

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Hermaphrodite
    protandrique

Le poisson-clown à nageoires oranges est un poisson ovipare qui pond sur substrat découvert. Ce poisson naît toujours mâle. En grandissant, les individus vont changer de sexe pour devenir femelle.

La reproduction a lieu par paire tout au long de l'année. Une fois le frai réalisé, le mâle garde et ventile la ponte qui peut comprendre jusqu'à 5 000 œufs. Ces derniers sont démersaux et adhèrent au substrat, généralement un rocher.

Dès l'éclosion, les larves sont emportées par les courants. Après quelques semaines, les jeunes poissons-clowns retrouvent leur zone de naissance.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est répertoriée de la côte nord australienne et la Nouvelle-Guinée, jusqu'aux îles Marshall et Tuamoto.

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    23 - 29 °C
  • Profondeur
    1 - 40 m

Présentation du biotope

On retrouve le plus souvent le poisson-clown à nageoires oranges à une profondeur inférieure à une trentaine de mètres. Il fréquente les coraux sur les pentes extérieures des récifs.

Espèces du même biotope

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    200 litres
  • Population min
    2
  • Température
    23 - 29 °C

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    difficile
  • Comportement
    moyennement agressif
  • Disponibilité
    rare

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

La réalisation d'un aquarium eau de mer requiert certaines connaissances au préalable.

L'eau de mer est généralement synthétique, constituée d'eau osmosée et de sel synthétique à hauteur de 33g/litres. Il est également possible de prélever de l'eau de mer directement (après s'être assuré que l'eau ne soit pas polluée).

La mise en fonctionnement d'un aquarium d'eau de mer se fait en trois phases : la mise en place d'un décor en pierre vivante, l'introduction des invertébrés un mois plus tard, et l'introduction des poissons 3 mois plus tard. Il est primordial d'attendre le plus longtemps possible avant d'introduire les animaux afin que la micro-faune ait eu le temps de bien se développer. L'équilibre et la stabilité physico-chimique sont fondamentaux pour la réussite de ce type de bac.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

Le poisson-clown à nageoires oranges est une espèce dont la maintenance est plutôt reservée à des aquariophiles avertis. Elle ne pourra être réalisée avec succès qu'en effectuant un minimum de travail de documentation. Les conditions particulières d'élevage peuvent facilement entraîner la mort de l'espèce ou d'autres animaux.

Cette espèce est très rare dans le commerce aquariophile. Elle est plutôt maintenue par des aquariophiles avertis qui élèvent et reproduisent des individus issus de souches d'origine sauvage. Si vous souhaitez vous procurer cette espèce, nous vous conseillons de vous rapprocher des clubs spécialisés. Les spécimens issus d'élevage de longue date sont un peu plus faciles à élever mais il faut respecter les paramètres d'eau particuliers.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

Le poisson-clown à nageoires oranges est une espèce marine qui vit naturellement à une température comprise entre 23 °C et 29 °C. Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 32°C sur de longues périodes. La teneur en nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau. En eau de mer, il est également possible d'éliminer les nitrates en utilisant l'une des méthodes suivantes : Jaubert, denitrateur sur souffre, biopeletts, méthode vodka.

Cohabitation & Environnement

Il convient d'installer un couple d'individus dans un aquarium de 250 litres minimum (pour 120 centimètres de façade). Ce poisson clown devrait pouvoir cohabiter avec des voisins pacifiques et peu territoriaux. Il est préférable de lui offrir une anémone en adéquation avec son mode de vie.

Conseils pour l'alimentation

Le poisson-clown à nageoires oranges est omnivore à tendance carnivore. Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Il convient de ne pas trop nourrir vos pensionnaires pour éviter de polluer l'eau. Pour la plupart des espèces, il est préférable de donner quelques petites portions chaque jour plutôt qu'un unique repas trop copieux.

Protocole de reproduction

  • Nettoyage de la ponte
    Femelle & Mâle
  • Protection de la ponte
    Femelle & Mâle
  • Défense des alevins

Aucun texte sur la reproduction

Risques d'hybridation

De manière générale, il est conseillé de ne pas mélanger plusieurs espèces d'un même genre ou différentes variétés d'une même espèce pour éviter les risques d'hybridation.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

Sujets qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Adrien Falzon

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 26/11/2022

Partenaires

Espèces de la même famille

Proches congénères

Espèces du même biotope

Jours
Heures
Min
Sec

Très bientôt... Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}