saumon Atlantique

Nom scientifique Salmo salar
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN LC
Genre Salmo
Famille Salmonidae
Salmo salar Salmo salar

Introduction

Le saumon Atlantique est indigène au bassin Atlantique Nord. Autrefois abondant dans toute l'Europe, ses populations ont drastiquement diminué sur une large partie de son aire. Tout au long du XXe siècle, l'espèce a été décimée par deux facteurs majeurs : les barrages, initialement rarement pensés pour le passage des poissons migrateurs, et la surpêche. Dans certains pays, il est également menacé par les mélanges récurrents avec des populations affaiblies provenant de l'élevage.

Aujourd'hui, selon l'IUCN, il n'est pas menacé à un niveau global. Il est cependant éteint en Suisse et en République tchèque. Il est considéré comme vulnérable en France, en danger en Italie ou en Espagne.

Largement consommé à travers le monde, ce poisson gras est réputé pour la qualité de sa chair et pour sa haute teneur en protéines. Il contient en grande quantité du phosphore et du sélénium, ainsi que de nombreuses vitamines et des oméga-3.

Ce succès sur les étals a entraîné un large développement de l'aquaculture à travers le monde. Il est ainsi élevé en Argentine, Chili ou encore en Australie. Certains élevages intensifs sont à l'origine de scandales sur les conditions de traitement des poissons et sur la forte teneur en produits chimiques qu'ils contiennent.

Le saumon est également réputé chez les pêcheurs sportifs car il est considéré comme un adversaire combatif et malin. Il est ainsi au centre de nombreux séjours dans les zones où il est encore commun comme l'Ecosse, l'Irlande ou la Norvège.

Qui est-il ?

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    100 cm
  • Taille maximale
    120 cm
  • Longévité
    6 ans
  • Motif
    ponctuations
  • Taille moyenne
    100 cm
  • Taille maximale
    120 cm
  • Longévité
    6 ans
  • Motif
    ponctuations

Description

Le saumon atlantique est doté d'un corps élancé et puissant, parfaitement adapté à la nage à contre-courant. Tant qu'il est  juvénile (alevin jusqu'à la fin du printemps, tacon ou parr pendant son séjour en eau douce, smolt durant sa migration vers la mer ), il ressemble à sa cousine la truite: sa robe est argentée, parsemée de points rouges, son dos gris ardoise, ses flancs dotées de marques caractéristiques bleutées dites en "doigts de gant".

Lors de sa descente vers la mer, il prend une livrée brillante et argentée tandis que son revêtement d'écailles se fragilise, teinte qu'il conserve jusqu’à son retour à son lieu de naissance. A l'approche de la reproduction, la peau devient plus épaisse et résistante, les flancs se teintent en bronze et s'ornent de points rouges et pourpres. Chez les mâles un bec caractéristique apparaît. Après le frai, les individus qui survivent (bécards, ravalés ou charognards ) principalement des femelles, retrouvent leurs livrées argentées et recommencent le cycle.

Comme tous les salmonidés,, les écailles sont lisses, les dents bien développées, une nageoire adipeuse sans rayons se trouve entre la caudale et la dorsale

Différences entre mâles et femelles

Le dimorphisme se constate à l'approche de la reproduction, lorsque la mâchoire inférieure des mâles se prolonge en un bec caractéristique.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en groupe ou solitaire
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Diurne

Le saumon atlantique se nourrit principalement d'invertébrés lors de sa son premier cycle de vie en eau douce. A ce stade le "tacon" est territorial et vit dans les courants rapides et peu profonds. Au printemps de la deuxième ou troisième année, sa morphologie se modifie pour le préparer à la vie marine: c'est la smoltification. Sa livrée s'éclaircit, il perd son agressivité.

En mer, il gagne les zones d'engraissement éloignées (Groenland, Labrador, Féroé, Baltique, Norvège). Sa nourriture est principalement constituée de crustacés riches en carotènoïdes qui donne cette teinte rosée caractéristique à sa chair. A son retour en eau douce, il cesse de s'alimenter sur une période qui peut durer plusieurs mois ( jusqu'à un an pour le saumon atlantique  de Loire-Allier ).

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Non

Le saumon atlantique est un ovipare qui enfouit ses œufs dans un substrat grossier de sable et de graviers dans les parties moyennes ou hautes des cours d'eau rapides. les ovules ( de 1500 à 1800 par kg ) sont simultanément fécondées à la ponte par un mâle. Très peu de reproducteurs ( 1 à 2% ) redescendent à la mer pour recommencer le cycle.

Espèce inoffensive

  • Venimeux
    Non

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

D'après l'INPN, le saumon Atlantique a disparu d'une grande partie de l'Est de la France. Il est également probablement disparu, ou quasiment-disparu, du bassin du Rhône. Des populations semblent réussir à se reproduire dans les bassins de la Loire et de la Garonne.

État des stocks et pêche durable avec Ethic Ocean

L’espèce a entièrement disparu de 15 % des rivières et fleuves d’Europe et d’Amérique du Nord dans lesquels elle abondait.... En apprendre plus

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    7 - 20 °C
  • Profondeur
    10 - 30 m
  • Courant
    Fort

Présentation du biotope

Pendant les deux ou trois premières années en France (4 ou 5 ans en Norvège ), le saumon atlantique vit en haut des rivières à fort courants dans des zones peu profondes. L'alevin (de novembre au printemps, le tacon ou parr (de 4 à 20 cm), et enfin le smolt ( de 12 à 18 cm migrant vers la mer ) grandissent puis se transforme pour changer de biotope.

L'océan Atlantique fournit une nourriture riche en carotènoïdes au saumon atlantique qui donne à sa chair sa couleur"saumon" et lui permet d'atteindre sa taille adulte au bout de 3 à 5 ans.

Lors de la reproduction, le saumon remonte la rivière qui l'a vu naître grâce à sa mémoire olfactive. Ce phénomène, connu sous le nom de horning, conduit à l'existence d'une population propre à chaque entité hydrographique. Pour autant, un taux de divagation non négligeable ( et malgré une hybridation courante avec d'autres salmonidés, en particulier la truite) maintient l'homogénéité génétique de l'espèce.

 

Apprendre en s'amusant

S'immerger dans le milieu

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

En collaboration avec : Reflets d'eau douce

Références bibliographiques

Les Poissons d'eau douce de France - Eric Feunteun - Henri Persat - Jean Allardi - Philippe Keith - Biotope Edition - 2011. Collection Inventaires & Biodiversité, publication scientifique du Muséum

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 26/09/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}