nez rouge

Nom scientifique Hemigrammus bleheri
Type Tétra
Descripteur Géry & Mahnert
Année description 1986
Statut IUCN NE
Genre Hemigrammus
Hemigrammus bleheri Hemigrammus bleheri

Espèces de la même famille

  • veuve noire

    Gymnocorymbus ternetzi

  • tétra aveugle

    Astyanax mexicanus

  • Hyphessobrycon eschwartzae

    Characidae

  • Metynnis sp. Big Spot Peru

    Characidae

  • néon bleu

    Paracheirodon innesi

  • Hyphessobrycon peruvianus

    Characidae

  • Tétra de Colombie

    Hyphessobrycon columbianus

  • tétra citron

    Hyphessobrycon pulchripinnis

Proches congénères

  • Hemigrammus neptunus

    Characidae

  • Hemigrammus lunatus

    Characidae

  • Queue sanglante

    Hemigrammus stictus

  • tétra diamant

    Hemigrammus pulcher

Partenariats

Introduction

L'Hemigrammus bleheri, plus communément appelé nez rouge, est un petit poisson tropical originaire d'Amérique du sud.

Qui est-il ?

Le genre Hemigrammus

Le genre Hemigrammus est particulièrement riche. En 2019, il compte plus de 58 représentants. Plusieurs d'entre eux font partie des espèces phares de l'aquariophilie car, outre la diversité de leurs colorations, ils constituent des hôtes de petite taille faciles à maintenir et à élever.

Les études ont montré des lacunes en terme d'organisation, et il n'est pas impossible que de nouveaux genres apparaissent ou que certains poissons rejoignent le genre Hyphessobrycon. Aucune des caractéristiques utilisées pour décrire ces espèces ne sont tout à fait spécifiques au genre (cinq dents ou plus sur la série pré-maxillaire interne, ligne latérale incomplète et base de la nageoire caudale écaillée).

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    4 cm
  • Taille maximale
    5 cm
  • Taille moyenne
    4 cm
  • Taille maximale
    5 cm

Description

L'Hemigrammus bleheri est très similaire à deux autres espèces de Characidae : l'Hemigrammus rhodostomus et le Petitella georgiae.

Le nez rouge possède un corps argenté avec une tâche rouge éclatante qui recouvre toute la tête et qui s'étend légèrement après les ouïes, contrairement à l'Hemigrammus rhodostomus qui possède une tâche moins développée.

La nageoire caudale du nez rouge est recouverte de rayures noires et blanches qui rappelle la forme du damier.

Différences entre mâles et femelles

Le dimorphisme est très peu visible pour cette espèce. On peut cependant reconnaître les femelles lorsqu'elles sont prêtes à pondre car leur ventre est plus volumineux que celui des mâles.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en banc
  • Mode de vie
    Diurne
  • territorial
    Non
  • Venimeux
    Non

Le nez rouge est un poisson vivant en banc qui réside naturellement à mi-profondeur, dans la végétation. C'est une espèce toujours en mouvement qui apprécie les grands espaces pour nager.

De manière générale, c'est un poisson indépendant qui ne se préoccupe guère des autres poissons.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Hermaphrodite
    Non
  • Polygamie
    Non
  • Protection de la ponte
    Non

Le nez rouge est un poisson ovipare qui pond en eau libre.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

L'Hemigrammus bleheri fréquente les bassins des fleuves Negro et Meta, au Brésil et en Colombie.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    23 - 26 °C
  • pH (acidité)
    5 - 6.5
  • gh (dureté)
    5 - 12

Présentation du biotope

Le nez rouge réside naturellement dans une eau légèrement acide. L'acidification de l'eau provient de la décomposition des végétaux. Dans certains contextes, elle peut modifier la couleur de l'eau qui a tendance à se brunir.

Le nez rouge peut également se rencontrer en eau claire, dans des zones de courant moyen, à proximité des berges. De manière générale, il évolue à faible profondeur dans les zones à forte présence de végétaux (plantes aquatiques et palustres, matières organiques en décomposition, branches...).

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    120 litres
  • Population min
    10 individus
  • Température
    23 - 26°C
  • pH (acidité)
    6 - 6.8

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    facile
  • Comportement
    pacifique
  • Robustesse
    tolérant
  • Disponibilité
    courant

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. conseils proposés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

Difficulté de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à tout amateur. Il est recommandé de suivre quelques règles de bases et d'être rigoureux pour réaliser une bonne maintenance.

Espèce commune en aquariophilie

Cette espèce est particulièrement répandue dans le commerce aquariophile. Les animaux issus d'élevage de longue date sont généralement acclimatés à une température avoisinant les 26°C dans une eau neutre.

Entretien et équilibre de l'eau

Le nez rouge est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 23 °C et 26 °C. Le pH de l'eau oscille de 5 à 6.5. Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 29°C sur de longues périodes. La teneur en Nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, il est recommandé d'effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Cohabitation & Environnement

Le nez rouge ne se soucie guère de ses colocataires. C'est un poisson paisible qui ne présente pas de problèmes de comportement dans un aquarium communautaire. Attention cependant aux éventuels risques de prédation en cas de cohabitation avec des poissons de trop grande taille. A savoir, les petites espèces doivent préférablement être insérées dans l'aquarium quelques temps avant les plus grandes.

Etant un poisson vivant en banc, il convient d'installer au moins 10 individus dans un aquarium de 120 litres minimum. Attention, La maintenance en groupe est une condition sine qua non pour s'assurer de leur bien-être. Les individus esseulés ont tendance à rapidement se stresser et deviennent particulièrement sensibles aux maladies. Bien que parfois certains groupes puissent "fusionner", mélanger plusieurs espèces grégaires vivant dans la même zone de vie est déconseillé si le volume n'est pas conséquent.

Le nez rouge a besoin d'un grand espace de vie, de ce fait, il convient de le maintenir dans un aquarium avec une façade d'au moins 100 cm.

Le nez rouge vivant naturellement dans une eau "tamisée", la mise en place d'une filtration sur tourbe est idéale pour son équilibre. L'ajout de feuilles en décomposition et de fruits d'aulnes peut sensiblement améliorer ses conditions de maintien en augmentant naturellement l'acidité de l'eau. L'espèce apprécie un environnement particulièrement riche en végétation. L'ajout de plantes lui offrira de nombreuses cachettes qui atténueront son éventuel stress. Des plantes flottantes de type Pistia ou Salvinia peuvent être ajoutées pour recréer l'ambiance tamisée caractéristique de ses conditions de vie en milieu sauvage.

Le nez rouge se rencontre dans la nature avec de nombreux petits poissons sud-américains dont certains sont disponibles dans le commerce aquariophile. Il partage son milieu de vie avec de nombreux autres Characidés et des poissons crayons . La partie inférieure de sa zone de vie peut être peuplée par les fameux Corydoras ou encore par des Ancistrus. En dehors des espèces de banc, le nez rouge se rencontre souvent non loin de Cichlidés nains, en particuliers à proximité de certaines espèces d'Apistogramma.

Pour éviter que l'eau ne devienne trop polluée, il est recommandé d'effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau. Attention, l'eau ajoutée doit être à une température voisine de celle de l'aquarium.

Conseils pour l'alimentation

Le nez rouge est spécialisé dans la chasse d'insectes et de micro-organismes aquatiques. En aquarium, cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l'eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Protocole de reproduction

 Le protocole de reproduction est similaire à la majorité des Characidés. Il est expliqué sur la fiche du cardinalis.

Comme tous les tétras, les nez rouges pondent en pleine eau, au-dessus de la végétation. Dès que la ponte est terminée, ils descendent immédiatement manger leurs œufs.

Les œufs éclosent environ 60h après la ponte. L'élevage des alevins se fait de la même manière que chez le cardinalis.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

  • oscar

    Astronotus ocellatus

  • cyno étoilé

    Austrolebias nigripinnis

  • veuve noire

    Gymnocorymbus ternetzi

  • tétra cuivré

    Hasemania nana

  • néon rose

    Hemigrammus erythrozonus

  • nez rouge

    Hemigrammus rhodostomus

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Idées cadeaux

Apprendre en s'amusant

Observer en experminentant

Découvrir en bouquinant

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

  • veuve noire

    Gymnocorymbus ternetzi

  • tétra aveugle

    Astyanax mexicanus

  • Hyphessobrycon eschwartzae

    Characidae

  • Metynnis sp. Big Spot Peru

    Characidae

  • néon bleu

    Paracheirodon innesi

  • Hyphessobrycon peruvianus

    Characidae

  • Tétra de Colombie

    Hyphessobrycon columbianus

  • tétra citron

    Hyphessobrycon pulchripinnis

Où acheter ce poisson sur la toile ?

Aquaterra Logo

Articles qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Où voir cette espèce ?

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 04/03/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}