escargot bélier

Nom scientifique Marisa cornuarietis
Type Escargots
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN LC
Genre Marisa
Marisa cornuarietis Marisa cornuarietis

Introduction

Marisa cornuarietis, aussi appelé « escargot bélier » ou « marise corne-de-bélier » est un mollusque d'eau douce originaire de Colombie et du Venezuela. Cet escargot paisible et principalement herbivore est très courant dans le hobby aquariophile.

Dans les Caraïbes, en particulier en Guadeloupe et en Martinique, il a été utilisé pour lutter contre des escargots vecteurs de schistosomes. Ils menacent à présent les populations de mollusques autochtones. Après avoir été volontairement introduite via des procédés similaires ou relâchée par inadvertance par des aquariophiles, cette espèce est devenue envahissante dans plus d'une dizaine de pays.

En Europe, une population se développe dans le nord de l'Espagne. Un autre escargot de la même famille, Pomacea maculata, est reporté dans le delta de l'Ebro et a causé plusieurs millions d'euros de dommages. L'Espagne considère tous ces escargots comme invasifs et a interdits leur importation.

Cette espèce devrait logiquement être évitée dans le sud de la France pour éviter son éventuelle prolifération. Le principal facteur limitant est la température de l'eau qui ne doit pas passé sous les 13 °C lors de la reproduction.

Qui est-il ?

Le genre Marisa

Les escargots du genre Marisa sont des mollusques d'eau douce appartenant à la famille des Ampullariidae. En 2021, on compte quatre espèces décrites. Certaines sont passées par les genres Helix, Ampullaria, et Ceratodes avant leur désignation finale. La systématique de ces animaux est encore peu étudiée et est amenée à changer.

Ces petits escargots aquatiques sont tous originaires des eaux tropicales d'Amérique du Sud. Ils sont principalement herbivores mais peuvent consommer des œufs ou des juvéniles d'autres escargots, quand la nourriture vient à manquer. Comme les autres Ampullariidae, ils ont la particularité de posséder des branchies et des poumons. Ils passent la plus grande partie du temps immergée sous l'eau, à faible profondeur, mais sont capables de sortir en cas de nécessité. Ces escargots ne sont pas hermaphrodites. La femelle pond sous l'eau une masse d'œufs gélatineux.

Les Marisa se différencient de leurs proches cousins par leur coquille « planispirale » : cette dernière est tubicole enroulée dans un seul plan horizontal, avec une augmentation progressive du diamètre selon l'axe de l'enroulement. Les différences entre les Marisa sont subtiles car toutes les espèces possèdent une coquille similaire, avec un motif brun à jaunâtre recouvert de bandes foncées. Quelques rares individus sont sans motif ou même albinos.

Ces escargots sont communs dans le hobby aquariophile. Plusieurs espèces arrivées par ce biais ou par les plantes palustres des jardineries se sont répandues dans les environnements tempérés chauds et subtropicaux. Cependant, ce n'est pas la principale raison des invasions en cours. Connus pour leur voracité contre les « mauvaises » herbes aquatiques, de nombreux Ampullariidae ont été utilisés pour contrôler ces végétaux dans des zones humides et des rizières.

Dans les Caraïbes, ils ont également été volontairement introduits pour réguler la population d'autres escargots envahisseurs... Et sont devenus envahisseurs à leur tour. En zones tempérées, le développement des populations exogènes est limitée par la température de l'eau et par les concentrations en calcium.

Comment le reconnaître ?

  • Taille adulte
    3 - 5 cm
  • Longévité
    2 ans
  • Couleurs
    terne
  • Mimétisme
    Végétaux
  • Type de bouche
    radula
  • Chromatophores
    Non
  • Taille adulte
    3 - 5 cm
  • Longévité
    2 ans
  • Couleurs
    terne
  • Mimétisme
    Végétaux
  • Type de bouche
    radula
  • Chromatophores
    Non

Description

Comme ces congénères, la coquille est planispirale. La surface de la coque est lisse, circonscrite par des stries transversales prononcées. La coquille est jaunâtre avec un dégradé de couleur oscillant entre le jaune clair et le brun. On compte entre trois et six bandes sombres en spirales.

Les adultes mesurent généralement entre 3 et 4 cm. Chez les juvéniles, la coquille est brun-rougeâtre.

Différences entre mâles et femelles

Il n'est pas possible de différentier à l'œil nu mâle et femelle chez cette espèce.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • Venimeux
    Non
  • Alimentation
    non renseigné

Cet escargot est omnivore avec une nette préférence pour les végétaux. Il se nourrit en particulier de plantes utriculaires et de macrophytes. Les adultes peuvent attaquer d'autres escargots d'eau douce, leur ponte et les juvéniles s'ils manquent de nourriture.

Dans les zones fortement végétalisées, l'escargot bélier se rencontre en grande densité, avec parfois plus de 150 escargots par mètre carré.

Mode de reproduction

Cette espèce n'est pas hermaphrodite. L'ensemble du processus a lieu en eau douce. La ponte a lieu juste en dessous de la ligne de flottaison, soit sur une plante, soit sur des racines ou de la végétation immergée. Elle peut contenir jusqu'à 200 œufs.

Espèce inoffensive

Cette espèce est inoffensive pour l'Homme.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est souvent confondue avec M. planogyra, originaire du Pantanal, et M. rotula, présent dans les Andes orientales, de la Colombie au Panama. De fait, les informations sur la répartition de cette espèce en Amérique du Sud comportement des erreurs.

Il est avéré que l'escargot bélier cornuarietis est originaire du Venezuela et de la Colombie. Il a été largement introduit dans les Caraïbes, dans le sud-est des États-Unis et dans quelques pays africains. Une population se maintient en Espagne, et une autre semble établie à proximité d'une station thermale en Hongrie.

En Floride ou à Porto Rico, cette espèce a été utilisée pour le contrôle des mauvaises herbes aquatiques dans des zones humides naturelles et des rizières. Dans les Caraïbes, l'espèce est utilisée pour lutter contre les schistosomes et d'autres maladies de vers parasites qui touchent les humains. Elle a délibérément été introduite pour réduire la concentration des escargots autochtones qui agissent comme hôtes intermédiaires des parasites.

En Europe et en Amérique du Nord, les voies d'introduction privilégiées sont liées à l'aquariophilie et au commerce de plantes aquatiques. En 2012, des spécimens adultes ont été localisés dans la rivière Nora en Espagne. En octobre 2013, des juvéniles ont été collectés dans la même région, ce qui prouve que les populations pourraient se maintenir durablement. La grande plasticité de l'habitat de cette espèce suscite des inquiétudes quant à son potentiel envahissant.

La voracité des Marisa peut avoir des conséquences néfastes sur la végétation aquatique et sur les mollusques indigènes, généralement endémiques sur les îles.

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    13 - 30 °C
  • pH (acidité)
    7 - 8.5
  • Courant
    Lent et Stagnant

Présentation du biotope

Cet escargot vit dans les rivières, étangs, lacs et zones marécageuses. Il réside à faible profondeur dans des eaux peu turbulentes.

Espèces du même biotope

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    50 litres
  • Population min
    1 individus
  • Température
    13 - 30°C
  • pH (acidité)
    6.8 - 7.2

Caractéristiques

  • Comportement
    peu agressif
  • Robustesse
    robuste

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à tout amateur. Il est recommandé de suivre quelques règles de bases et d'être rigoureux pour réaliser une bonne maintenance.

Cette espèce est particulièrement répandue dans le commerce aquariophile. Les animaux issus d'élevage de longue date sont généralement acclimatés à une température avoisinant les 26°C dans une eau neutre.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

L'escargot bélier est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 13 °C et 30 °C. . Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 33°C sur de longues périodes. La teneur en Nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Incompatibilités formelles

Attention, l'escargot bélier est incompatible avec les Végétaux car ces derniers font partie intégrante de son régime alimentaire.

Cohabitation & Environnement

Attention, cette espèce n'apprécie guère les plantes et prendra un malin plaisir à les détruire, les déraciner ou à les grignoter. Il ne sera pas possible de réaliser un aquarium planté en sa présence.

Conseils pour l'alimentation

L'escargot bélier est omnivore à tendance herbivore.

Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Il convient de ne pas trop nourrir vos pensionnaires pour éviter de polluer l'eau. Pour un spécimen adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Magasins partenaires proches

Idées cadeaux

Voyager durable et écologique

Entretenir son aquarium

S'immerger dans le milieu

Apprendre en s'amusant

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

Effects of husbandry parameters on the life‐history traits of the apple snail, Marisa cornuarietis: effects of temperature, photoperiod, and population density - John Aufderheide - Ryan Warbritton - Nadine Pounds - Sharon File‐Emperador - Charles Staples - Norbert Caspers - Valery Forbes - Invertebrate Biology - 2006.

First European record of the giant ramshorn snail Marisa cornuarietis (Linnaeus, 1758) (Gastropoda: Ampullariidae) from northern Spain - Andrés Arias - Antonio Torralba-Burrial - Limnetica - 2014.

Predation on Invasive Snails, the Red-rimmed Melania (Melanoides tuberculata) and the Giant Ramshorn Snail (Marisa cornuarietis), by the Eastern Musk Turtle (Sternotherus odoratus) in a Texas Spring - Madeleine Morrison - Brian P. Butterfield - Andrew Walde - Stephen G. Ross - Chris Collins - Eric Munscher - IRCF - 2017.

Non-native apple snails: systematics, distribution, invasion history and reasons for introduction - Robert H. Cowie - Kenneth A. Hayes - Ellen E. Strong - Silvana C. Thiengo - Cabi - 2017.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 01/01/1970
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}