bichir gris

Nom scientifique Polypterus senegalus
Descripteur Cuvier
Année description 1829
Statut IUCN LC
Genre Polypterus
Famille Polypteridae
Polypterus senegalus Polypterus senegalus

Introduction

Le Polypterus senegalus, plus communément appelé bichir gris ou bichir du Sénégal existe dans toute l’Afrique nilo-soudanienne.

Qui est-il ?

Le genre Polypterus

Les Polypterus (les bichirs) sont des actinoptérygiens (poissons à nageoires rayonnées) primitifs qui peuvent avoir une respiration aérienne. Comme ils possèdent une paire de poumons reliés à l’œsophage par une glotte, ils partagent également des similitudes avec les sarcoptérygiens (poissons à nageoires charnues comme les dipneustes par exemple).

Ils sont également semblables à certains sarcoptérygiens fossiles car ils possédent également une paire de grandes ouvertures (stigmates) sur le dessus de leur tête. Le rôle des stigmates dans la respiration des Polypterus a longtemps été controversé. Mais, en 2014, il a été montré, chez quatre espèces de Polypterus, que l’aspiration aérienne induite par le spiracle intervient pour plus de 90 % de l’insufflation totale d’air.

La similitude dans la taille et la position des stigmates chez les Polypterus avec ceux de certaines souches de tétrapodes suggère que la respiration aérienne par les stigmates pourrait être une stratégie respiratoire importante lors du passage des poissons-tétrapodes depuis la vie aquatique jusqu’à la conquête terrestre.

Les Polypterus sont des poissons à respiration aérienne facultative, qui doivent avoir accès à l’air à la surface pour respirer dans l’eau peu oxygénée. Leurs poumons sont fortement vascularisés pour faciliter les échanges gazeux. Mais, contrairement à la plupart des dipneustes et des tétrapodes, leurs poumons sont des sacs lisses et non des tissus alvéolés. Il semble que les Polypterus préfèrent respirer de l’air par l’intermédiaire des stigmates du haut de leur tête, car dans les eaux peu profondes il leur est difficile d’incliner suffisamment leur corps pour respirer de l’air par la bouche. A noter que la structure de leurs mâchoires se rapprochent plus de celle des tétrapodes que de celle des poissons téléostéens.

Les Polypterus possèdent un corps assez allongé légèrement aplati dorso-ventralement, cuirassé par des écailles rhombiques très épaisses, osseuses et recouvertes d’une couche brillante de ganoïne. Le nombre d’écailles en ligne latérale est relativement élevé (50 à 70). La bouche, assez grande, possède des mâchoires garnies de petites dents coniques disposées sur une seule rangée.

Leur nageoire caudale est hétérocerque, mais apparemment symétrique; la dorsale comporte antérieurement une série de pinnules (7 à 18 selon les espèces) contiguës formées par un rayon épineux supportant une petite membrane; la partie postérieure est contiguë avec la caudale. Les nageoires pectorales, en forme de rame, sont portées par un lobe musculaire basilaire proéminent, couvert d’écailles. Ils possèdent seulement quatre arcs branchiaux. Les Polypterus possèdent donc également des branchies fonctionnelles. Les larves et les jeunes possèdent des branchies externes qui émergent de l’opercule et qui sont irrigués par l’artère hyoïde. Ces branchies externes pectinées disparaissent à l’âge adulte.

Le genre Polypterus, parmi d’autres Polypteridae, existait déjà en Afrique au Cénomanien. L’ordre peuplait donc le continent gondwanien, avant la séparation de l’Amérique et de l’Afrique.

Les Polypterus peuvent atteindre 120 cm de longueur maximale, mais la plupart des espèces mesurent environ 30 cm.

Exclusivement représenté par des poissons d’eau douce africains, le genre Polypterus comprend treize espèces réparties en Afrique centrale, en Afrique de l’Ouest et dans le bassin du Nil.

Comment le reconnaître ?

  • Taille moyenne
    30 cm
  • Taille maximale
    42 cm
  • Longévité
    34 ans
  • Forme
    serpentiforme
  • Taille moyenne
    30 cm
  • Taille maximale
    42 cm
  • Longévité
    34 ans
  • Forme
    serpentiforme

Description

Le corps, cylindrique ou légèrement aplati, est 7,1 (jeunes) à 10,6 fois plus long que haut. La tête, non déprimé et environ 1,6 à 2 fois aussi longue que large, est comprise 5 à 7 fois dans la longueur standard.

La mâchoire supérieure est légèrement proéminente. La région interoculaire est convexe et le diamètre des yeux est compris 5 (juvéniles) à 8 fois dans la longueur de la tête. La nageoire dorsale est composée de 8 à 11 pinnules suivies de 16 à 18 rayons articulés dorsaux et caudaux. La nageoire anale possède 14 à 17 rayons.

Les nageoires pectorales, arrondies n’atteignent pas le niveau de la première pinnule dorsale. Les écailles sont au nombre de 54 à 58 le long du corps, 34 à 40 autour du milieu du corps et 14 à 21 entre l’occiput et la nageoire dorsale. Après conservation, les adultes sont uniformément gris à olivâtres sur le dos et les flancs.

Le ventre est blanchâtre. Chez les jeunes, il existe, sur les flancs, trois bandes longitudinales foncées. Ces bandes disparaissent lorsque les spécimens grandissent.

Différences entre mâles et femelles

Comme chez tous les Polypterus, les mâles adultes se distinguent des femelles car leur nageoire anale est plus charnue et est susceptible de se déprimer en cupule.

Lors de la ponte, le mâle met sa nageoire sous l’ouverture génitale de la femelle, en formant une coupe. Les œufs sont relâchés dans cette coupe, fertilisés, puis éparpillés par des mouvements rapides de la queue.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    solitaire
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Nocturne

Polypterus senegalus est une espèce démersale. C’est un prédateur qui vit dans les petites rivières, les marais et les zones inondées. Cette espèce semble préférer les bordures abritées. Durant les heures chaudes de la journée, il vient en surface au bord de la végétation, mais rejoint le fond dès qu’il est dérangé.

Il se nourrit principalement de poissons, d’insectes, de crustacés, de mollusques, de grenouilles ainsi que de fragments de plantes et de graines.

Au Tchad, le régime alimentaire est essentiellement insectivore. Dans les contenus stomacaux, on observe plus rarement des débris de crevettes et de poissons (Blache et al., 1964. Les poissons du bassin du Tchad).

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Protection de la ponte
    Non

Chez le bichir du Sénégal, la parade nuptiale commence par une série de sauts en surface par un seul partenaire à la fois, suivie d’une descente lente dans la colonne d’eau. Au bout d’un certain temps le mâle se rapproche de la femelle qui reste immobile dans l’eau. Puis le mâle vient à elle par derrière et la pousse avec des mouvements latéraux de la tête.

Le mâle replie sa nageoire anale en forme de coupe dans laquelle la femelle dépose ses œufs. Aucun nid n’est construit, mais les œufs sont déposés par petits paquets tout au long de la végétation. Ensuite, les larves se déplacent avec le mâle en un banc dense. Elles possèdent des branchies externes accessoires et ressemblent à des salamandres.

Au Tchad, la période de reproduction est généralement étalée de juin à juillet. Mais, elle peut s’étendre durant toute la période des hautes eaux, car jusqu’en janvier, il est possible de rencontrer des géniteurs sexuellement mûrs (Blache et al., 1964. Les poissons du bassin du Tchad).

Espèce inoffensive

  • Venimeux
    Non

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Polypterus senegalus est présent dans toute l’Afrique nilo-soudanienne, du Sénégal au Nil, y compris le lac Turkana. Il en a été fait état dans le bassin congolais, mais ce signalement est curieux et pourrait être dû à une erreur d’identification.

Bien que certaines menaces pèsent sur cette espèce, sa vaste distribution lui permet de ne pas être particulièrement exposée. Cette espèce est recherchée pour être consommée.

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    26 - 28 °C
  • pH (acidité)
    6 - 7.5
  • gh (dureté)
    6 - 16
  • Courant
    Lent et Stagnant

Présentation du biotope

C’est un prédateur qui vit le long des bordures des petites rivières, des marais et des zones inondées.

Maintenance en captivité

Non recommandée

Nous déconseillons la maintenance de cette espèce dans un aquarium classique à cause de sa taille à l'âge adulte. En effet, ce poisson peut mesurer plus de 40 cm. Grand prédateur de son milieu, il devrait également être élevé dans un environnement spécifique.

Apprendre en s'amusant

S'immerger dans le milieu

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Où voir cette espèce ?

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Didier Paugy

Didier Paugy

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 27/09/2021
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}