limule

Nom scientifique Limulus polyphemus
Descripteur Linnaeus
Année description 1758
Statut IUCN VU
Famille Limulidae
Genre Limulus
Limulus polyphemus Limulus polyphemus

Introduction

Limulus polyphemus, plus communément appelée « limule », est un arthropode vieux de 450 millions d'années qui a survécu à plusieurs extinctions massives. Plus proche des araignées et des scorpions que des crustacés, malgré son nom de « crabe fer-à-cheval », l'espèce est aujourd'hui menacée par l'homme.

En effet, Les limules sont capturés en masse par les pêcheurs commerciaux pour servir d'appât dans les pêcheries d'anguilles et de buccins (bulots). Les limules sont également essentielles pour la santé publique. Les entreprises biomédicales saignent les limules pour en extraire un produit chimique utilisé pour détecter la présence d'endotoxines pathogènes pour l'homme par le biais de dispositifs médicaux injectables et implantables. Les limules saignées sont retournées à l'état sauvage, sans exclure la possibilité d'une mortalité post-saignement. Les préoccupations récentes concernant la surexploitation ont conduit à des conflits entre les pêcheurs commerciaux, les écologistes agissant au nom des limicoles (oiseaux migrateurs qui dépendent des œufs de limules pour se nourrir) et les entreprises biomédicales.

Leurs yeux contiennent un réseau neuronal qui a permis de mieux comprendre les processus physiologiques de notre système visuel, tels que l'adaptation à la lumière et l'inhibition latérale. La limule reste un modèle attrayant pour la recherche sur la vision, car l'animal est grand et résistant pour un invertébré, ses neurones rétiniens sont gros et facilement accessibles et son système visuel est compact et largement étudié.

Qui est-elle ?

Morphologie

  • Taille moyenne
    50 cm
  • Taille maximale
    60 cm
  • Longévité
    20 ans
  • Taille moyenne
    50 cm
  • Taille maximale
    60 cm
  • Longévité
    20 ans

Comment reconnaître la limule ?

La limule mesure autour de 50 cm. Le corps est beige et divisé en trois parties articulées entre elles : un large céphalothorax en forme de fer à cheval, un abdomen segmenté beaucoup plus petit et une longue épine caudale, ou telson. La surface supérieure du céphalothorax, légèrement arquée, comporte une paire d'yeux composés latéraux et une paire d'yeux médians, beaucoup plus petits, qui réagissent à la lumière ultraviolette. En dessous, le céphalothorax porte six paires de pattes : la première paire, appelée chélicères, sert exclusivement à saisir les vers, les mollusques à coquille fine, les crabes et autres proies. La bouche est entourée par les cinq paires de pattes suivantes, qui servent à la fois à marcher et à manger. Des projections épineuses à la base de chaque patte déchirent la nourriture et la font rouler dans la bouche.

Différences entre mâles et femelles

Les mâles mesurent 1/3 de la taille des femelles.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en groupe ou solitaire
  • territorialité
    Non
  • Venimeux
    Non
  • Mode de vie
    Nocturne

Comme tous les crustacés, La limule mue chaque fois qu'elle se retrouve à l'étroit dans sa carapace. Avant le durcissement de son nouveau corps, elle est plus vulnérable et passe une bonne partie de son temps caché. Ce mécanisme, très complexe, permet le renouvellement périodique de l’exosquelette et d’une partie du squelette interne. C'est également lors des mues que les femelles deviennent fécondables.

La limule est un animal vivant en groupe ou solitaire qui réside naturellement sur le fond. C'est une espèce omnivore à tendance carnivore au tempérament plutôt calme. Elle se nourrit principalement la nuit, généralement de vers polychètes des genres Cerebratulus, Nereis et Cistenides qu'elle chasse dans le substrat. Elle complète ce régime avec des petits mollusques et des algues.

Comme chez les araignées ou les scorpions, les limules possèdent des chélicères, un appendice céphalique en forme de crochets situé à proximité de la bouche. Elle capture ses proies à l'aide de ses pattes, en creusant dans le sédiment. Ensuite, ces dernières sont pré-mâchées par les chélicères puis broyées par les gnathobases, avant d'être insérées dans la bouche.

Ses animaux possèdent une durée de vie allant de 20 à 40 ans. Leurs principaux prédateurs sont les tortues couannes, les requins, les oiseaux côtiers et les poissons-globes.

Mode de reproduction

La limule est ovipare, la femelle pond ses œufs une fois enterrée dans le substrat. Les limules forment des couples nicheurs, cependant d'autres mâles s'accouplent généralement avec la femelle. Lors de la reproduction, les limules rabattent une paire d'appendices placée sous la face inférieure de l'abdomen. Ces dernières protègent les pores génitaux. L'ovule ou le sperme sont libérés par ce port au moment du frai.

Une fois fécondée, la femelle nidifie en s'enfouissant dans les sédiments du bord de l'eau. Elle pond alors une série de grappes comprenant entre 2 000 et 20 000 œufs.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-elle ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est répertoriée de l'état du Maine jusqu'à la Floride. Une population réside également dans la péninsule du Yucatan au Mexique. Au Canada, plusieurs spécimens ont été répertoriés au fil des siècles mais aucune population reproductrice ne semble établie. Outre le littoral nord-américain, la limule est présente sur plusieurs îles au large de la Floride, de la Géorgie, de l'Alabama, du Mississippi et de la Caroline du Sud.

L'espèce a été observée par le passé dans des îles des Caraïbes, en particulier, en Jamaïque et à Cuba. Cependant, aucune population reproductrice n'est plus présente aujourd'hui. L'espèce est toujours présente dans plusieurs îlots des Bahamas.

La limule est globalement menacée et a été notifiée comme vulnérable selon l'IUCN en 2016. Les raisons sont multiples mais la principale menace est la surexploitation, initialement pour réaliser des engrais. Dans la baie du Delaware, dès le milieu des années 1800, une exploitation massive se met en place avec des récoltes de 1 à 5 millions d'individus par ans. La récolte pour l'engrais n'existe plus mais l'espèce continue à être capturée pour être utilisée comme appât dans la pêche au casier, en particulier pour capturer des anguilles et des gros gastéropodes : les buccins.

Aux États-Unis, des quotas ont été mis en place dans les années 2000, ce qui a permis à plusieurs populations de se reconstituer ou de se stabiliser. On compte toujours entre 600 000 et 750 000 captures de limules américaines chaque année, principalement des mâles car l'exploitation des femelles, plus grandes, est soumise à une réglementation plus dure.

Au Mexique, la récolte de la limule est illégale. Cependant, l'espèce est toujours régulièrement braconnée à petit échelle, par des bateliers locaux qui installent des filets en eau peu profonde à l'embouchure des lagons, en particulier en période de reproduction. Ici encore, les limules sont utilisées comme appâts, pour la pêche au poulpe Octopus maya.

Les limules sont également prisées par l'industrie biomédicale pour les propriétés uniques de son sang bleu. Ce liquide, parmi les plus chers au monde, contient des cellules qui réagissent au contact des bactéries. Il est utilisé pour détecter la contamination du matériel chirurgical ou de dialyse. L'industrie américaine prélève environ 30% du sang d'environ 400 000 limules par an, ce qui entraîne la mort de 5% à 20% des individus. Leurs cousines asiatiques semblent encore plus menacées et sont vendues par l'industrie comme nourriture une fois le sang prélevé.

Où retrouver cette espèce (aquarium) ?

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    13 - 28 °C
  • Profondeur
    1 - 11 m

Présentation du biotope

Cette espèce réside généralement en eau peu profonde, dans des fonds vaseux ou sablonneux. Elle est rencontrée dans les zones marines intertidales et néritiques. On l'observe parfois sur les plages à marée basse, dans les estuaires et dans les lagunes côtières d'eau saumâtres.

Espèces du même biotope

Partenaire de la Mer

Le programme Mr.Goodfish sensibilise le public à la consommation durable des produits de la mer !

Mr.Goodfish

Le programme Mr.Goodfish sensibilise le public à la consommation durable des produits de la mer !

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Aurélien Calas

Aurélien Calas

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 27/06/2022

Où retrouver cette espèce (aquarium) ?

Espèces du même biotope

Partenaires scientifiques

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}