Aulonocara koningsi

Nom scientifique Aulonocara koningsi
Descripteur Trewavas
Année description 1928
Statut IUCN NE
Famille Cichlidae
Genre Aulonocara
Aulonocara koningsi Aulonocara koningsi

Introduction

Aulonocara koningsi est un poisson originaire de l'île de Mbenji au Malawi. Il a été décrit en 2003 suite à des travaux d'approfondissement sur son congénère Aulonocara stuartgranti. Il tient son nom d'Ad Konings, un ichthyologiste néerlandais connu pour ses recherches sur les cichlidés des grands lacs africains.

Facile à reproduire en captivité et à élever, cette espèce, à l'instar d'autres Aulonocara, est devenue peu à peu populaire parmi les aquariophiles passionnés du lac Malawi. De manière globale, c'est une espèce encore peu documentée dans son milieu naturel. Bien que régulièrement collectée, sous le nom de "Blue Regal Peacock", les populations sauvages restent abondantes autour de sa localisation type : l'île de Mbenji.

Qui est-il ?

Le genre Aulonocara

En 2021, on compte 22 espèces décrites dans le genre Aulonocara selon FishBase. Toutes les espèces sont endémiques au lac Malawi, avec pour certaines, une aire de répartition extrêmement localisée. Ces poissons font partie des Haplochrominiens (tribu Haplochromini), eux-mêmes rangés dans la sous-famille des Pseudocrenilabrinae.

Les Aulonocara peuvent être grossièrement divisés en deux groupes : les sablonneux et ceux vivant dans les rochers. Certaines espèces sont également présentes dans les zones de boue ou de tourbe. Chez les espèces dîtes « sablonneuses », les femelles et les mâles dominés sont jaunâtres à argentés tandis que les mâles territoriaux sont dans les tons bleus.

Les Aulonocara ont développé une technique de chasse tout à fait atypique, parfois qualifiée d'« alimentation au sonar ». Grâce à des pores céphaliques hypersensibles, ils sont capables de localiser leur proie dans le sable. Ils se tiennent calmement à quelques millimètres du substrat et y détecte chaque mouvement. Dès qu'une proie est repérée, ils plongent le museau dans le sable pour la capture. Cette technique de chasse est si typique qu'elle se suffit à elle-même pour classifier des espèces dans le genre Aulonocara.

Outre leur technique de prédation, ces poissons sont caractérisés par la présence de rayures verticales sombres sur les flancs du corps et par leurs yeux proportionnellement plus gros que la taille de leur corps.

D'après l'IUCN, au moins trois espèces sont en danger critique d'extinction à cause de leur surexploitation pour le commerce des poissons d'ornement. C'est le cas par exemple d'Aulonocara baenschi. Endémique au récif de Nkhomo, cette espèce a perdu au moins 70% de sa population entre 1996 et 2006. En 2014, une nouvelle étude sur le terrain atteste de la raréfaction des individus matures.

Morphologie

  • Taille moyenne
    10 cm
  • Taille maximale
    12 cm
  • Forme
    Ovale
  • Taille moyenne
    10 cm
  • Taille maximale
    12 cm
  • Forme
    Ovale

Comment reconnaître Aulonocara koningsi ?

Le corps est robuste, les nageoires pelviennes et pectorales sont bien développées. L'espèce compte entre quinze et seize épines dorsales et trois épines anales.

Les juvéniles sont beiges, avec quelques tâches plus foncées. La coloration change au cours de la croissance. À l'âge adulte, les mâles non territoriaux et les femelles sont argentées, avec des barres verticales souvent connectées ventralement. Des tâches sont également visibles sur les flancs.

Les mâles territoriaux sont principalement bleus sauf sur la moitié inférieure du flanc et la nageoire caudale. Sur le flanc intérieur, on observe une alternance de bleu et d'orange jaunâtre. La nageoire caudale est une alternance de lignes difforme orangées et bleu métal. Un liseré bleuté plus clair est présent au niveau de la longue dorsale.

Les motifs rappellent ses proches congénères A. stuartgranti et A. hueseri. Il se distingue de ses derniers par l'absence de tâches anales.

Différences entre mâles et femelles

Outre les couleurs, spécifiées précédemment, les mâles sont plus grands que les femelles.

Mode de vie & Comportement

  • régime
    carnivore
  • Sociabilité mâles
    vivant en groupe ou solitaire
  • Sociabilité femelles
    vivant en petit groupes
  • territorialité
    Oui
  • Mode de vie
    Diurne

Les mâles dominants défendent un territoire de reproduction au milieu des rochers ou à la limite entre le sable et les rochers (zone intermédiaire). Mâles dominés, femelles et juvéniles vivent en petits groupes ou petits bancs à proximité des territoires des mâles reproducteurs.

Comme les autres Aulonocara, ces poissons se nourrissent de microorganismes aquatiques qu'ils chassent entre les rochers ou dans les zones sablonneuses proches.

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non
  • Polygamie
    Oui

Le mâle creuse un terrier sous les rochers pour accueillir sa future partenaire. Pour séduire cette dernière, il expose ses couleurs exacerbées. Si une femelle est réceptive, il l'attire à l'abri et la ponte a lieu. Pour ce faire, mâle et femelle adopte une position en T. Le mâle émet sa semence qui est aspirée immédiatement par la femelle. Cette dernière pond ensuite des œufs qu'elle prend en bouche.

Cette opération a lieu plusieurs fois, jusqu'à épuisement du stock d'œuf. À la suite du frai, la femelle garde les œufs en bouche et s'isole dans une zone protégée. Elle va alors passer une vingtaine de jours à incuber les œufs discrètement. Le mâle quant à lui se met à la recherche d'une nouvelle partenaire.

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cette espèce est endémique au sud du lac Malawi. La localité type est l'île de Mbenji.

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    23 - 28 °C
  • pH (acidité)
    7.5 - 8.5
  • gh (dureté)
    10 - 18
  • Courant
    Fort et Modéré

Présentation du biotope

Cette espèce est rencontrée de quelques mètres jusqu'à 25 mètres de profondeur dans les zones mixtes entre roche et sable.

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    250 litres
  • Population min
    4
  • Température
    23 - 28 °C
  • pH (acidité)
    7.5 - 8.5

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    facile
  • Robustesse
    tolérant
  • Comportement
    pacifique
  • Disponibilité
    occasionel

Recommandations chez nos partenaires

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à tout amateur. Il est recommandé de suivre quelques règles de bases et d'être rigoureux pour réaliser une bonne maintenance.

Cette espèce est généralement disponible dans le commerce spécialisé ou auprès des clubs aquariophiles. Les spécimens issus d'élevage de longue date sont un peu plus faciles à élever mais il faut respecter les paramètres d'eau particuliers.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

Aulonocara koningsi est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 23 °C et 28 °C. Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 31°C sur de longues périodes. La teneur en nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Incompatibilités formelles

Attention, Aulonocara koningsi est incompatible avec les végétaux.

Cohabitation & Environnement

Il est conseillé de maintenir cette espèce en groupe de quelques individus dans un aquarium d'un minimum de 250 litres pour 120 centimètres de façade. Un mâle dominant pourra être inséré avec deux ou trois femelles. Cette configuration permettra à ces dernières de ne pas être trop sollicitées par le mâle reproducteur. Cette espèce n'est pas réputée agressive avec ces voisins.

Cependant, les mâles dominants peuvent devenir agressifs entre eux. Il est donc conseillé d'éviter de prendre plusieurs mâles. Il est recommandé de ne pas maintenir A. koningsi avec d'autres espèces de son complexe parmi les Aulonocara, pour éviter les hybridations. C’est-à-dire A. stuartgranti, A hansbaenschi, A steveni, A. baenschi et A hueseri. Par contre, la maintenance avec d'autres congénères est tout à fait possible, par exemple avec A. rostratum.

Pour des raisons de comportements incompatibles, ces poissons ne doivent pas être mélangés à des mbunas (Maylandia, Melanochromis...).

Pour reproduire l'environnement de ce poisson, il convient de réaliser un aquarium recouvert d'une bonne couche de sable, agrémenté de petites roches. Comme les mâles creusent des terriers, les plantes seront généralement déracinées.

Conseils pour la maintenance en eau basique

Aulonocara koningsi vivant naturellement dans une eau basique, la présence de roches calcaires de type meulière ou travertin améliorera son environnement. Il est également conseillé d'ajouter du sable avec un apport de sels spécifiques pour stabiliser le pH, à jauger en fonction de la dureté de l'eau utilisée.

Conseils pour l'alimentation

L'Aulonocara koningsi "Mbenji" est un poisson carnivore qui se nourrit de petits organismes aquatiques. Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture. Il convient de ne pas trop nourrir vos pensionnaires pour éviter de polluer l'eau. Pour un spécimen adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Protocole de reproduction

  • Protection de la ponte
    Oui

La reproduction est facile et suit le processus classique naturel énoncé dans le mode de reproduction. Elle a idéalement lieu à une température avoisinant les 25°C pour un pH de 8.

Risques d'hybridation

De manière générale, il est conseillé de ne pas mélanger plusieurs espèces d'un même genre ou différentes variétés d'une même espèce pour éviter les risques d'hybridation.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

Sujets qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

En collaboration avec : Forum Cichlid Normandie

Références bibliographiques

A review of the sand-dwelling species of the genus Aulonocara, with the description of three new species. - Ad Konings - Cichlid Press - 1995. 6 The Cichlids Yearbook, volume 5

CONSERVATION PRIORITIES FOR FRESHWATER BIODIVERSITY IN THE LAKE MALAWI/NYASA/NIASSA CATCHMENT - Catherine A. Sayer - Amy F. Palmer-Newton - William R.T. Darwall - IUCN Cambridge - 2019. Cambridge, UK and Gland, Switzerland: IUCN. xii +214p. 978-2-8317-2020-3

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 08/12/2022

Partenaires

Espèces de la même famille

Proches congénères

Jours
Heures
Min
Sec

Très bientôt... Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}