escargot éléphant

Nom scientifique Tylomelania patriarchalis
Descripteur P. Sarasin & F. Sarasin
Année description 1897
Statut IUCN EN
Famille Pachychilidae
Genre Tylomelania
Tylomelania patriarchalis Tylomelania patriarchalis

Introduction

Tylomelania patriarchalis, parfois appelé escargot éléphant, est un gastéropode endémique au lac Matano sur l'île de Sulawesi en Indonésie. Comme de nombreux congénères, il est en danger d'extinction sur l'ensemble de son aire de répartition.

Qui est-il ?

Le genre Tylomelania

Les escargots du genre Tylomelania sont endémiques à l'île de Sulawesi. Ils sont rencontrés dans le système des lacs de Malili, un des points chauds majeurs de biodiversité d'eau douce d'Asie. D'après le site WoRMS, on compte pas moins de 40 espèces d'escargots réparties entre les lacs Mahalona, Masapi, Matano, Towuti et Wawontoa. Ces lacs anciens sont également connus pour abriter de nombreuses espèces de poissons et de crustacés endémiques.

Tous les escargots du genre Tylomelania étudiés par l'IUCN sont considérés comme en danger ou en danger critique d'extinction dans le milieu. Les populations de la plupart des espèces sont extrêmement localisées, ce qui les rend particulièrement vulnérables. En outre, ils sont directement menacés par la pollution des eaux provenant de l'agriculture et de l'orpaillage, par la transformation des écosystèmes pour la gestion de l'eau et par la présence d'espèces invasives. Les populations déjà impactées sont également potentiellement menacés par les captures pour le commerce aquariophile.

Avant d'appartenir au genre Tylomelania, plusieurs escargots ont été décrits sous le genre Melanatria puis sous Brotia. Ces appellations sont parfois encore utilisées. La taxonomie du genre n'est pas encore totalement finalisée et plusieurs espèces ne sont pas encore décrites à ce jour, y compris parmi les escargots importés dans le commerce aquariophile.

Les escargots Tylomelania sont vivipares et dioïques, ils ne changent pas de sexe. Les femelles donnent naissance à un seul jeune complètement développé qu'elles couvent dans leur utérus. Dans la nature, ils se nourrissent de végétaux et de divers débris qu'ils broutent sur les rochers ou sur des sols meubles. Ils sont exclusivement dulçaquicoles et l'ensemble du cycle de reproduction a lieu en eau douce. Une partie d'entre eux fréquentent des eaux avoisinant les 30 °C toute l'année, tandis que d'autres vivent dans les eaux plus fraîches des rivières de l'île.

Chez toutes les espèces, la coquille est allongée et conique. La radula, équivalent de la langue pour les escargots, est généralement très longue et robuste. Elle comprend entre 130 et 250 rangées de dents. Chez certaines espèces, la radula est plus longue que la hauteur de coquille.

Les formes et les couleurs vives de ces gastéropodes les ont rendues célèbres chez les aquariophiles. Ils sont communément retrouvés sous différents noms vernaculaires : « escargot-éléphant », « escargot-lièvre» ou encore « Tylo ». La reproduction étant possible et facile en eau douce, au vu des menaces qui pèsent sur ces escargots, il ne nous semble pas adéquat d'acheter des individus capturés dans la nature.

Comment le reconnaître ?

  • Type
  • Taille adulte
    6 - 10 cm
  • Mimétisme
    végétaux
  • Type de bouche
    radula
  • Chromatophores
    Non
  • Motif
    ponctuations
  • Type
  • Taille adulte
    6 - 10 cm
  • Mimétisme
    végétaux
  • Type de bouche
    radula
  • Chromatophores
    Non
  • Motif
    ponctuations

Description

C'est l'un des rares escargots du genre Tylomelania à être bien documenté et facilement reconnaissable. C'est également le plus grand du genre, avec des individus atteignant plus de 10 centimètres. Les espèces les plus proches sont T. gemmifera et T. zeamais.

La coquille est sombre, conique, avec des rebords axiaux prononcés. La radula est noire, recouverte de petits points blancs. Chez certains spécimens, elle est recouverte de points ou de tâches jaunes. Elle peut mesurer plus de trois centimètres.

Différences entre mâles et femelles

Cette espèce n'est pas hermaphrodite. Il existe des mâles et des femelles très difficilement discernables. Les femelles adultes semblent atteindre des tailles plus grandes.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité
    vivant en groupe ou solitaire
  • Mode de vie
    Diurne
  • Venimeux
    Non
  • Alimentation
    brouteur

Les adultes vivent dans les zones boueuses ou sablonneuses. Ils respirent à l'aide de branchies et se nourrissent principalement de végétaux qu'ils broutent sur le substrat.

Mode de reproduction

Ces escargots dioïques s'accouplent par paire. Le mâle féconde la femelle par spermatophore. Les embryons grandissent dans des œufs protégés dans la poche à couvain de la femelle. Chaque embryon se nourrit d'une substance nutritive présente dans l'œuf.

Une fois prêt à naître, l'embryon est expulsé de la coquille dans un œuf blanc. Ce dernier laisse rapidement place à un escargot juvénile entièrement formé.

Les femelles sont plus prolifiques que certains congénères, et peuvent donner naissance à plusieurs escargots en même temps.

Espèce inoffensive

  • Venimeux
    Non

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Présence géographique & État des populations

Cet escargot est endémique au lac Matano. Depuis 2018, il est considéré comme en danger par l'IUCN et ses populations sont en constante diminution. Il est menacé par les activités minières, la pollution agricole, la transformation du lac pour les besoins en eau et la présence d'espèces invasives.

Il est également impacté par les collectes aquariophiles pour les marchés européens, asiatiques et nord-américains. Cependant, cette dernière menace pourrait disparaître face à l'émergence de sa reproduction en milieu artificiel.

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    27 - 30 °C
  • pH (acidité)
    7 - 8.5
  • Courant
    Lent et Stagnant

Présentation du biotope

Ces escargots sont rencontrés dans des substrats meubles, en général les zones sablonneuses ou boueuses.

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    100 litres
  • Population min
    1 individus
  • Température
    27 - 30 °C
  • pH (acidité)
    7 - 8.5

Caractéristiques

  • Comportement
    pacifique
  • Robustesse
    sensible

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

L'élevage de cette espèce est accessible à condition de bien se renseigner sur ses besoins en aquarium. Les éventuels cohabitants doivent être choisis avec soin pour éviter la perte d'animaux. Cet animal est un peu plus sensible que d'autres aux influences de son environnement et à la qualité de l'eau.

Cette espèce est généralement disponible dans le commerce spécialisé ou auprès des clubs aquariophiles. Les spécimens issus d'élevage de longue date sont un peu plus faciles à élever mais il faut respecter les paramètres d'eau particuliers.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

L'escargot éléphant est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 27 °C et 30 °C. . Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 33°C sur de longues périodes. L'escargot éléphant est sensible aux changements brutaux de paramètres ainsi qu'aux produits chimiques. Son acclimatation en aquarium doit être réalisée avec un soin tout particulier pour éviter qu'il ne développe des maladies ou des faiblesses. La teneur en nitrates devrait rester inférieure à 25mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Cohabitation & Environnement

Considérant l'état de santé des populations sauvages, nous vous conseillons de vous renseigner sur la provenance des escargots disponibles. Nous recommandons d'acheter seulement des individus issus de reproduction en captivité excepté si les importations sont gérées de manière durable et dans une optique de conservation des écosystèmes sur place.

Le Tylomelania patriarchalis vit naturellement dans des eaux chaudes, basiques et douces. Il est prouvé que la température de l'eau est un paramètre majeur à prendre en compte. Plus l'eau est fraîche, plus l'activité de l'escargot est réduite. En dessous de 23 °C, cet escargot quitte même sa coquille.

Pour correspondre au biotope naturel de cette espèce, nous conseillons un fond sableux ou recouvert de feuilles. Cet escargot peut cohabiter avec des crevettes et des poissons calmes. Attention à ne pas l'associer à d'éventuels prédateurs, comme les escargots assassins (Clea sp.), les crevettes à long bras ou les tétrodons.

Conseils pour l'alimentation

Cet escargot se nourrit d'algues et de petits débris végétaux mais ne mange pas les plantes vivantes. Le régime peut être complété avec de la nourriture sèche pour herbivore.

Protocole de reproduction

  • Protection de la ponte
    Non

La reproduction est possible en aquarium. La femelle donne naissance à un ou plusieurs jeune(s) déjà formé(s).

Parfois, en cas de stress, les femelles mettent bas spontanément. Cette naissance peut par exemple avoir lieu lors de l'arrivée de l'escargot dans l'aquarium.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Apprendre en s'amusant

Entretenir son aquarium

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

A lire sur la toile

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Références bibliographiques

A Snail Perspective on the Biogeography of Sulawesi, Indonesia: Origin and Intra-Island Dispersal of the Viviparous Freshwater Gastropod Tylomelania - Thomas von Rintelen - Bjorn Stelbrink - Ristiyanti M. Marwoto - Matthias Glaubrecht - PLoS ONE - 2014.

Anatomy of an adaptive radiation: a unique reproductive strategy in the endemic freshwater gastropod Tylomelania (Cerithioidea: Pachychilidae) on Sulawesi, Indonesia and its biogeographical implications - THOMAS VON RINTELEN - MATTHIAS GLAUBRECHT - Biological Journal of the Linnean Society - 2004.

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 01/01/1970
  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}