Retroculus xinguensis

Nom scientifique Retroculus xinguensis
Descripteur Gosse
Année description 1971
Statut IUCN NE
Famille Cichlidae
Genre Retroculus
Retroculus xinguensis Retroculus xinguensis

Introduction

Le Retroculus xinguensis est un Cichlidae tropical rhéophile originaire d'Amérique du sud.

Qui est-il ?

Morphologie

  • Taille moyenne
    20 cm
  • Taille maximale
    30 cm
  • Taille moyenne
    20 cm
  • Taille maximale
    30 cm

Comment reconnaître Retroculus xinguensis ?

Le Retroculus xinguensis est morphologiquement près du genre Geophagus. Il s'agit également d'un poisson qui se nourrit en filtrant le substrat pour en extraire les particules comestibles. 

Il est particulièrement bien adapté à une vie rhéophile, afin de pouvoir évoluer dans des rapides puissants sans efforts. 

 

 

Différences entre mâles et femelles

Dès le stade subadulte, aux environs de 20 cm, on peut distinguer les mâles par leur coloration rouge, marquée sur la gorge et les nageoires pelviennes. 

Les nageoires pelviennes du mâles sont plus marquées, plus puissantes, mais comporte également un angle qui permettent de les utiliser comme ancrage au sol, durant les parades d'intimidation. 

Les nageoires anale et dorsale du mâle sont plus grandes, plus longues que celles de la femelle. De plus, la nageoire dorsale du mâle dominant peut parfois s'orner de filaments rouges sur l'arrière

D'une manière générale, la femelle est plus ronde, particulièrement si l'on observe la région ventrale, entre les nageoires pelviennes et la nageoire anale. Cette zone abdominale est arrondie chez la femelle, alors qu'elle est droite chez le mâle. 

Mode de vie & Comportement

  • régime
    carnivore
  • Sociabilité
    vivant en couple
  • territorialité
    Non
  • Mode de vie
    Diurne

Le Retroculus xinguensis est un poisson vivant en colonie qui réside naturellement à proximité du fond. C'est une espèce au tempérament plutôt vif qui vit dans des secteurs de rapides.

Sa quête permanente de nourriture sur le substrat peut parfois déranger d'autres poissons. 

Bien que ce poisson soit non territorial à proprement parler, il se montre parfois agressif envers d'autres espèces. Il montre également des signes d'agressivité envers ses congénères, particulièrement lors des périodes de reproduction, lorsque les couples se forment et défendent alors un territoire et un nid (voir protocole de reproduction)

Les parades entre mâles sont principalement axées sur l'intimidation. Les deux mâles se postent en parallèle dans le courant, et déploient leurs plus belles couleurs. Ils prennent appui dans le substrat sur leurs pelviennes et ondulent de tout leur corps pour déséquilibrer le rival. Le premier qui perd appui se fait emporter par le courant et a perdu le territoire. 

Ces rivalités ne génèrent que rarement des blessures. 

Mode de reproduction

  • Espèce migratrice
    Non

Le Retroculus xinguensis est un poisson ovipare qui pond sur substrat découvert, avec soins parentaux aux oeufs, puis aux larves. 

Deux parents assurent la garde d'un territoire et d'un nid, chassant tout prédateur potentiel. 

Espèce inoffensive

Cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l'Homme en cas de rencontre dans son milieu naturel.

D'où vient-il ?

Contenu publicitaire

Quel est son habitat ?

Caractéristiques du milieu naturel

  • Température
    25 - 32 °C
  • pH (acidité)
    6.5 - 7
  • gh (dureté)
    1 - 15
  • Courant
    Fort

Présentation du biotope

Le Retroculus xinguensis réside naturellement dans les eaux claires à fort courant des affluents sud de l'Amazone inférieur. On le trouve principalement sur le Rio Xingu (d'où son nom d'espèce), mais il n'en est pas endémique. On le trouve également sur d'autres affluents et cours d'eau majeurs de l'Amazone sud. 

L'espèce affectionne particulièrement les eaux claires, propres et bien oxygénées, à courant fort et les rapides.

Le sol est généralement constitué de sable et de roches. 

Si les colonies d'adultes vivent dans le cours principal du fleuve, les paires de reproducteurs cherchent une berge moins exposée pour y creuser un nid (voir protocole de reproduction)

Les juvéniles se regroupent en bancs moins importants, généralement en bordure intérieure de méandre, où la nourriture en particules se trouve poussée par le courant. 

Maintenance en aquarium

Déontologie

Fishipédia soutient la pratique d'une aquariophilie responsable et respectueuse de l'environnement. Nous encourageons la maintenance si celle-ci est motivée par le désir de comprendre le fonctionnement biologique du vivant et si elle est réalisée dans le respect de la vie animale.

Nous pensons que l'aquariophilie est une ouverture à la découverte des milieux aquatiques, en particulier d'eau douce, et que cette connaissance est nécessaire pour mieux protéger et respecter ces environnements. Logiquement, nous réfutons l'achat compulsif d'animaux qui ne trouveraient pas une place suffisante et / ou adaptée dans l'aquarium hôte.

Recommandations générales

  • Volume min
    800 litres
  • Population min
    5
  • Température
    25 - 32 °C
  • pH (acidité)
    6.5 - 7

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    difficile
  • Robustesse
    tolérant
  • Comportement
    moyennement agressif
  • Disponibilité
    rare

Recommandations chez nos partenaires

Rappels généraux

Il est fortement conseillé de lire la fiche complète dédiée et de se renseigner sur les retours d'expériences de maintenance de l'animal envisagé, ceci afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

En eau douce, à l'état sauvage, les animaux sont soumis aux conditions météorologiques et vivent dans des eaux dont les caractéristiques sont souvent variables. Les conseils donnés par notre équipe pour la maintenance en aquarium sont des estimations et ne peuvent être assimilés à des données scientifiques. Les spécimens sauvages sont plus difficiles à élever que ceux issus de l'élevage. Certains traits de caractère peuvent également avoir évolué.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Conseils de maintenance

Retroculus xinguensis est une espèce dont la maintenance est plutôt reservée à des aquariophiles avertis. Elle ne pourra être réalisée avec succès qu'en effectuant un minimum de travail de documentation. Les conditions particulières d'élevage peuvent facilement entraîner la mort de l'espèce ou d'autres animaux.

Cette espèce est très rare dans le commerce aquariophile. Elle est plutôt maintenue par des aquariophiles avertis qui élèvent et reproduisent des individus issus de souches d'origine sauvage. Si vous souhaitez vous procurer cette espèce, nous vous conseillons de vous rapprocher des clubs spécialisés. Les spécimens issus d'élevage de longue date sont un peu plus faciles à élever mais il faut respecter les paramètres d'eau particuliers.

Le chlore et la chloramine sont dangereux pour la santé des animaux. Utilisés pour désinfecter l'eau, ces agents sont présents en quantité non négligeable dans l'eau du robinet. Nous conseillons d'utiliser un anti-chlore lors de chaque changement d'eau. Outre le chlore, des traitements et médicaments vendus pour l'aquariophilie contiennent parfois des métaux lourds dangereux à forte dose.

Entretien et équilibre de l'eau

Retroculus xinguensis est une espèce qui vit naturellement à une température comprise entre 25 °C et 32 °C. Pour une bonne maintenance, la température ne devrait jamais dépasser les 35°C sur de longues périodes. La teneur en nitrates devrait rester inférieure à 50mg/L. Pour garder une eau propre et non polluée, prévoyez un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau.

Cohabitation & Environnement

Dans un contexte d'aquarium communautaire, il convient de le maintenir dans un volume minimum de 800 litres.

Cette espèce est susceptible de manger des poissons de petites tailles, ainsi que tous les invertébrés qu'elle trouvera, y compris certains gastéropodes. Les juvéniles peuvent efficacement décapiter même des Mélanoïdes et ensuite les gober hors de leur coquille.

Il est recommandé d'être particulièrement vigilant sur la constitution de la population pour éviter les risques de prédations. Les espèces de banc doivent être insérées avant l'éventuel prédateur. Celui-ci cohabite généralement bien s'il a été habitué à leur présence dès son plus jeune âge. Même si cette généralité est parfois infirmée. 

Le Retroculus xinguensis est une espèce qui vit naturellement dans des zones de fort courant. Ainsi, nous conseillons la mise en place d'une filtration surdimensionnée (10 à 20 fois le volume du bac) afin de garantir un courant important et surtout une forte oxygénation. Un système venturi améliorera le taux d’oxygène dissous en période estivale.

Pour éviter que l'eau ne devienne trop polluée, il est recommandé d'effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d'eau. Attention, l'eau ajoutée doit être à une température voisine de celle de l'aquarium.

Attention aux manipulations. Ce poisson voyage bien en juvénile, mais dès l'âge subadulte, il devient extrêmement délicat à manipuler et déplacer. Outre son besoin accru en oxygène au vu de son origine, il supporte extrêmement mal les manipulations. Un individu adulte peut mourrir subitement après un entretien dans le bac, simplement par augmentation inadaptée du rythme cardiaque, ou fuite avec collision contre un élément du décor.

Les symptômes inquiétants sont une léthargie du poisson après une grosse phase d'activité brusque et une respiration lente et profonde. Rapidement, les lèvres se cyanosent et il est souvent trop tard. S'il ne s'agit que d'un problème d'oxygénation trop pauvre, on peut rassénérer le poisson en le posant dans le flux d'un venturi, sous faible hauteur d'eau. 

La meilleure maintenance consiste à ne jamais le changer de bac une fois qu'il y est établi. 

Conseils pour l'alimentation

Le Retroculus xinguensis est un omnivore qui a une prédilection pour les invertébrés. 

Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée, pour autant qu'elle y ait été acclimatée et qu'elle identifie la nourriture inerte comme aliment. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture

Par défaut, ce poisson se nourrit au sol, ou pour le moins, dans le tiers inférieur. Sa bouche protractile est légèrement orientée vers le bas. Pour filtrer les particules de comestibles dont il se nourrit, il fouille le substrat, en orientant tout son corps en oblique, vers le bas. 

Il utilise sa gueule comme une tracto-pelle et la puissance de son corps comme propulseur, allant parfois jusqu'à s'ensabler dans un substrat trop meuble. 

Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l'eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Un groupe de poisson acclimaté peut apprendre à venir se nourrir en surface, mais c'est vraiment contre-nature et ils doivent déveloper une énergie considérable pour ce faire. 

Protocole de reproduction

  • Protection de la ponte
    Oui

dès 18-20 cm, les poissons sont matures et peuvent se choisir au sein d'un banc initial. 

Ils isolent alors un territoire. Idéalement le substrat doit être constitué de sable fin non coupant, et disposer également d'une sous-couche de graviers. Le mâle va dégager le sable en cuvette d'environ 30 cm jusqu'à une surface dure (vitre ou pierre) dans laquelle il amènera tous les graviers ronds (et non abrasifs) disponibles. Il réunira ce gravier en tas étudié au centre de la cuvette. 

Durant cette phase, les deux individus s'assombrissent et ont des barres verticales plus ou moins marquées sur le corps. 

Si le nid convient à la femelle, elle y déposera des oeufs minuscules et translucides qui seront immédiatement fécondés par le mâle. Les oeufs, collants, adhèrent aux graviers et galets ronds qui sont retournés par les parents, afin de protéger les oeufs des prédateurs. 

Une fois les larves écloses et les vitelins résorbés, les parents "soufflent" le sable pour mettre en suspension des particules alimentaires qui seront absorbées par les juvéniles. 

Alimentation des alevins "standards" par de la micro-faune les premières semaines, puis par des invertébrés plus grands, jusqu'à ce qu'ils puissent se nourrir normalement. 

Risques d'hybridation

De manière générale, il est conseillé de ne pas mélanger plusieurs espèces d'un même genre ou différentes variétés d'une même espèce pour éviter les risques d'hybridation.

Magasins partenaires proches

Ces animaux pourraient vous intéresser

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Apprendre en s'amusant

Découvrir les milieux

Pour aller plus loin

Espèces de la même famille

Sujets qui pourraient vous intéresser

A lire sur la toile

Sites partenaires en aquariophilie

Sources & Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Benoit Chartrer

Benoit Chartrer

Christophe Girardet

Christophe Girardet

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247 - Dernière mise à jour le 03/02/2023

Partenaires

Espèces de la même famille

Proches congénères

Jours
Heures
Min
Sec

Très bientôt... Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

Découvrez FishiShop
Des produits écologiques & ludiques
Pour soutenir le projet Fishipédia

  • {{name}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}{{/route}}
    {{postal_code}} {{town}}

    {{#phone}}{{phone}}{{/phone}}{{^phone}}-{{/phone}}