Le poisson-clown (némo)

Fiche poisson, dernière mise à jour : 25/05/2020

Introduction

L'Amphiprion ocellaris est l'espèce la plus connue de poisson-clown. Il a été rendu populaire par les productions Disney "Le Monde de Nemo" et "Le Monde de Dory". Il est principalement présent dans l'est de l'océan Indien, dans les îles Andaman et Nicobar, sur les côtes de Thaïlande et de Malaisie, ainsi que du nord-ouest de l'Australie à Singapour.

Bien que le film critique directement la mauvaise maintenance de poissons sauvages en aquarium, les conséquences directes du succès de ces films ont été l'augmentation de la demande de poisson-clown et de poisson-chirurgien bleu dans le hobby aquariophile.

Plusieurs populations ont été sur-pêchées et ont disparu en Thaïlande, Indonésie, aux Philippines et dans certaines parties de la Grande barrière de corail. Il n'est cependant pas possible d'imputer toutes ces disparitions au seul commerce aquariophile car d'autres menaces s'ajoutent, en particulier le blanchissement des coraux qui entraîne la suppression pure et simple de l'habitat de cette espèce. Aujourd'hui, la reproduction du poisson-clown est maîtrisée et la majorité des poissons vendus proviennent de l'élevage, ce qui limite les pressions sur les populations sauvages.

Qui est-il?

Informations scientifiques

Famille Pomacentridae
Genre Amphiprion
Descripteur (Cuvier)
Année de description 1830

Spécificités des espèces du genre

Les poissons du genre Amphiprion sont communément appelés « poissons-clowns ». Ils appartiennent à la famille des pomacentridés qui comprennent également les demoiselles. Par plusieurs aspects, ils possèdent des ressemblances avec les cichlidés et les serranidés.

Les poissons-clowns ont commencé à briller dans le monde en 1881 lorsque les premiers spécimens ont été montré au public dans un aquarium d'eau de mer. La symbiose avec l'anémone est présente chez toutes les espèces et est connue depuis le milieu du XXe siècle. Le développement de la plongée et de la science sous-marine a conduit à de nombreuses découvertes et de nouvelles espèces pourraient encore être décrites à l'avenir.

Les films « Némo » et « Dory » ont assis la notoriété de ces espèces. Ils ont suscité un grand engouement dans le monde des aquariophiles. Initialement non reproduit en captivité, de nombreuses populations ont été surpêchées au cours des années 2000. Des populations ont même disparu localement comme à Cape Rochado en Malaisie. Des mesures de conservation et le développement de la reproduction en captivité ont permis d'améliorer cette situation.

En 2020, le genre Amphiprion comprend 29 espèces qui se distinguent morphologiquement par leur nombre de bandes (0 à 3) et leur couleur (orange, jaune, rouge, noire). Toutes se rencontrent dans les eaux tropicales peu profondes des océans Indien et Pacifique.  Elles sont caractérisées par des couleurs vives et un mode de vie particuliers intimement lié à leurs anémones hôtes.

De fait, les poissons-clowns sont territoriaux et ne s'éloignent que rarement de l'anémone dans laquelle ils vivent. Une étude a montré que l'ancêtre des poissons-clowns possédait 3 bandes. Selon cette dernière, le nombre de bandes permet entre autres aux différentes espèces de se reconnaître. Sur environ 1.000 espèces d'anémones, seule une dizaine servent d'hôtes aux poissons-clowns. La distribution géographique des poissons-clowns est totalement liées à celles de ces 10 anémones.

Dans les zones coralliennes les plus riches, on peut rencontrer jusqu'à 5 espèces de poissons pour autant d'anémone. Ces anémones sont seulement présentes à faible profondeur car elles sont intimement liées à une algue microscopique qui a besoin de la lumière du soleil pour réaliser la photosynthèse. Elles sont donc limitées à une cinquantaine de mètres et leur nombre décroit avec la profondeur et la turbidité de l'eau.

Bien que généralement dans les récifs coralliens, les poissons-clowns peuvent en réalité vivre dans toute zone où sont présentes les anémones et d'autres biotopes existent. Comme chez les méduses et les coraux, les anémones peuvent causer des brûlures via leurs nématocystes urticants. Elles possèdent des tentacules venimeuses. Le fonctionnement de la relation entre le poisson-clown et l'anémone n'est pas encore totalement élucidée.

L'hypothèse la plus probable serait que la protection réside dans le mucus. À la suite d'une parade appropriée durant laquelle le poisson-clown évite d'être piqué, il s'enduit du mucus de l'anémone, ce qui lui confère un camouflage chimique. Les allés-retours incessants du poisson vers son hôte pourraient valider cette théorie. Une seconde théorie indique que la présence du mucus de l'anémone sur le poisson serait le résultat de la protection et non sa cause. Selon cette théorie, le mucus du poisson-clown a lui-même évolué pour être chimiquement compatible avec l'anémone.

Quelle que soit la théorie, il est établi que les poissons-clowns sont globalement immunisés par la couche de mucus qui recouvre leurs écailles. En échange de la protection des anémones contre les prédateurs, les poissons-clowns nettoient les tentacules de ces dernières en ingérant les reste de leurs repas.

Comme chez les autres pomacentridés, les Amphiprion naissent toujours mâles. En grandissant, les individus vont changer de sexe pour devenir femelle. Les jeunes mâles se regroupent en banc et de celui-ci va émerger une femelle qui contraindra les autres individus à rester mâle. Le plus souvent, elle s'isolera en couple avec un mâle et une autre femelle apparaîtra dans le groupe de jeunes mâles. La femelle peut constituer un harem de mâles.

 

Caractéristiques principales

  • Taille
    entre 8 et 12 cm
  • Forme
    ovale
  • Motif
    rayures verticales
  • Mimétisme
    Aucun

Comment me reconnaître ?

L'Amphiprion ocellaris est facilement reconnaissable par sa couleur orange brillante et ses trois bandes blanches. À l'âge adulte, il n'excède pas les 9 cm.

Il ressemble à l'Amphiprion percula. La différence entre les deux étant l'épaisseur des délimitations noires entourant les bandes blanches. La partie épineuse de la nageoire dorsale est également plus grande chez A. ocellaris. Il est rare de les confondre car leurs aires géographiques ne se chevauchent pas.

Il existe une variété entièrement noire avec des barres blanches à proximité de Darwin.

Dimorphisme & Dichromatisme

La femelle est plus grande que le mâle.

Mode de vie & Comportement

  • Sociabilité adulte
    vivant en couple
  • Mode de vie
    Diurne
  • Territorial
    Oui
  • Type de nage
    plutôt calme

Le poisson-clown se rencontre en colonie organisée autour d'une femelle dominante et de juvéniles. Il vit en symbiose avec des anémones des genres Heteractis et  Stichodactyla. Ce poisson est immunisé contre le venin des anémones, ce qui lui permet d'être à l'abris des prédateurs. En contrepartie, il nettoie, nourrit et défend l'anémone contre ses prédateurs propres.

Bien que légèrement territorial, le poisson clown reste un poisson paisible qui se comporte généralement de manière pacifique avec les autres espèces. Il est à noter qu'il est moins tolérant avec ses congénères, en particulier chez les femelles matures.

Mode de reproduction

Le poisson clown est un poisson ovipare qui pond sur substrat découvert. Les parents oxygènent tour à tour les œufs en les brassant tout au long de leur développement. Après éclosion, les alevins sont livrés à eux même et emportés dans les zones pélagiques.

D'où vient-il?

Statut de conservation IUCN

En Savoir Plus

Dans cette catégorie sont incluses les espèces largement répandues et abondantes. L'Humain fait partie de cette catégorie.

Quel est son écosystème?

Caractéristiques du milieu

  • Pronfondeur
    0 - 15 m
  • Température
    22 - 28 °C
  • KH
    7 - 12
  • Courant
    modéré - lent

Présentation du biotope

Le poisson-clown se rencontre dans les zones riches en coraux, à une profondeur généralement inférieure à 15 mètres.

Immersion au cœur du biotope

Magasins spécialisés à proximité

Conseils pour sa maintenance en aquarium

Nos recommandations

  • Volume min
    100 litres
  • Population min
    2 individus
  • Température
    22 - 28 °C
  • pH (Acidité)
    8.2 - 8.4

Caractéristiques

  • Difficulté d'élevage
    facile
  • Comportement interspécifique
    pacifique
  • Robustesse
    robuste
  • Disponibilité
    très courant

Introduction

Le poisson-clown (némo) est un poisson d'eau de mer qui vit naturellement à une température comprise entre 22 °C et 28 °C. Le pH de l'eau oscille de 8.2 à 8.4 .

Cette espèce robuste est particulièrement répandue dans le commerce aquariophile.

A savoir, avant l'achat de poisson, il est indispensable de lire la fiche qui lui est dédiée afin d'éviter tout conflit potentiel dont la finalité est généralement la mort de l'individu (ou des autres habitants). Il est important de ne pas surcharger son aquarium pour limiter la pollution. La maintenance en sera facilitée.

Afin de préserver la vie sauvage, si vous faîtes l'acquisition de cet animal, il ne doit pas être relâché en milieu naturel. Voir aussi, la charte Fishipedia.

Rappels sur la maintenance en eau de mer

La réalisation d'un aquarium eau de mer requiert certaines connaissances au préalable.

L'eau de mer est généralement synthétique, constituée d'eau osmosée et de sel synthétique à hauteur de 33g/litres. Il est également possible de prélever de l'eau de mer directement (après s'être assuré que l'eau ne soit pas polluée).

La mise en fonctionnement d'un aquarium d'eau de mer se fait en trois phases : la mise en place d'un décor en pierre vivante, l'introduction des invertébrés un mois plus tard, et l'introduction des poissons 3 mois plus tard. Il est primordial d'attendre le plus longtemps possible avant d'introduire les poissons afin que la micro-faune ait eu le temps de bien se développer. L'équilibre et la stabilité physico-chimique sont fondamentaux pour la réussite de ce type de bac.

Population & Environnement

Il convient de le maintenir dans un volume minimum de 100 litres. Il peut aisément évoluer avec des voisins territoriaux au tempérament pacifique ou avec des espèces non territoriales peu agressives.

Attention de prévoir un aménagement adéquat pour chaque espèce territoriale : chaque espèce devra bénéficier d'une surface et d'un décor lui permettant de juxtaposer son territoire à celui de ses voisins.

Il est recommandé de maintenir une tenure en Nitrates inférieur à 50 mg/L, en effectuant :

- un renouvellement mensuel de 20 % à 30 % du volume d'eau. Attention, l'eau ajoutée doit être à une température voisine de celle de l'aquarium.

- en utilisant une méthode permettant d'éliminer les Nitrates (Jaubert, denitrateur sur souffres, biopeletts, méthode vodka).

Conseils pour l'alimentation

Le Poisson clown est un omnivore à tendance carnivore.

Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture. Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l'eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Protocole de reproduction

Aucun protocole renseigné pour le moment.

Exemples d'aquariums contenant cette espèce

Littérature associée à l'espèce

Pour aller plus loin

En apprendre plus sur la toile

Réalisation

Participation & Validation

L'équipe de Fishipédia et les contributeurs spécialistes s'engagent à apporter un contenu de haute qualité. Cependant, bien que l'information soit issue de sources scientifiques ou de témoignages d'expériences de spécialistes, les fiches peuvent contenir des imprécisions.

Adrien Falzon

Suzie Châtel

Benoit Chartrer

Références bibliographiques

POMACENTRIDAE - GERALD R. ALLEN - FAO Fisheries Synopsis - 2001. ISBN 92-5-104587-9

FIELD GUIDE TO ANEMONE FISHES AND THEIR HOST SEA ANEMONES - Dr. Daphne G. Fautin - GERALD R. ALLEN - Western Australian Museum - 1992. ISBN 92-5-104587-9

Intéragir avec Fishipedia

Pour entrer en contact avec notre équipe ou participer à notre projet.

Modèle de fiche et contenu © Fishipedia / Encycloweb - Reproduction non autorisée sans demande préalable - ISSN 2270-7247

  • {{name}}
    {{getFormatDistance}}

    {{#street_number}}{{street_number}}, {{/street_number}}{{#route}}{{route}}
    {{/route}} {{postal_code}} {{town}}